Conflits au Proche-Orient Frappes et combats à Gaza, violences à la frontière libanaise

ATS

6.7.2024 - 14:24

L'armée israélienne a mené samedi de nouvelles frappes meurtrières et livré des combats au Hamas palestinien dans la bande de Gaza dévastée et assiégée. Dans le même temps, elle a échangé des tirs transfrontaliers avec le Hezbollah au Liban voisin.

Des Palestiniens déplacés par l'offensive aérienne et terrestre israélienne sur la bande de Gaza marchent à côté des eaux usées qui s'écoulent dans les rues de la ville méridionale de Khan Younis, dans la bande de Gaza.
Des Palestiniens déplacés par l'offensive aérienne et terrestre israélienne sur la bande de Gaza marchent à côté des eaux usées qui s'écoulent dans les rues de la ville méridionale de Khan Younis, dans la bande de Gaza.
ATS

6.7.2024 - 14:24

Alors que la guerre à Gaza entre dimanche dans son 10e mois, les efforts diplomatiques ont été relancés en vue d'un cessez-le-feu et d'une libération des otages retenus à Gaza, Israël annonçant l'envoi la semaine prochaine d'une délégation pour poursuivre les pourparlers avec les médiateurs qataris.

Ces dernières 48 heures, au moins 87 personnes ont péri dans la petite bande de terre, où sont assiégées par Israël quelque 2,4 millions de personnes dans des conditions jugées «désastreuses» par l'ONU. L'eau et la nourriture y manquent, 80% de la population est déplacée et plusieurs personnes dont des enfants sont mortes de malnutrition d'après les Nations unies.

Samedi, des secouristes ont fait état de sept morts dans une frappe aérienne contre une maison dans le camp de Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza.

Hamas dans les tunnels, selon Tsahal

Les combats se sont en outre poursuivis à Choujaïya, un quartier est de Gaza-ville (nord), où l'armée mène une opération terrestre appuyée par l'artillerie et l'armée de l'air depuis le 27 juin.

Tsahal a affirmé que «des membres terroristes du Hamas ont été éliminés lors de combats» à Choujaïya et fait état de «la destruction d'armes et d'infrastructures» dont des tunnels.

Les soldats poursuivent aussi les combats à Rafah (sud) où selon l'armée «des cellules terroristes ont été éliminées» et «plusieurs tunnels détruits et des armes saisies» avec l'aide de l'aviation.

Après neuf mois de conflit, l'armée israélienne a dû de nouveau intervenir dans plusieurs secteurs qu'elle avait dit contrôler, notamment à Choujaïya.

Hezbollah

La communauté internationale dit craindre une extension de cette guerre au Liban, frontalier du nord d'Israël, à chaque intensification des attaques de l'armée israélienne et du Hezbollah dans les zones frontalières.

Le 8 octobre, le Hezbollah pro-iranien a, en soutien au Hamas, ouvert un front avec Israël. Depuis les violences sont quotidiennes.

Samedi, le Hezbollah a annoncé avoir lancé des «drones explosifs contre un site militaire» à Beit Hillel dans le nord d'Israël.

Les sirènes d'alerte ont retenti dans le nord d'Israël, l'armée faisant état de «l'interception d'une cible aérienne suspecte» et de la chute à Beit Hillel «d'appareils hostiles». Son aviation a bombardé des «cibles terroristes du Hezbollah» dans le sud du Liban, selon elle.

Enième effort pour une trêve

Dans ce contexte qui fait craindre un embrasement au Moyen-Orient, de nouveaux efforts sont en cours pour un cessez-le-feu à Gaza, à quelques semaines d'une visite aux Etats-Unis du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui doit s'adresser au Congrès le 24 juillet.

Après la fin des entretiens vendredi au Qatar du chef du Mossad israélien, David Barnea, le bureau de M. Netanyahu a annoncé qu'une équipe poursuivrait «la semaine prochaine» les négociations au Qatar.

Il a fait état d'"écarts» persistants avec le Hamas qui a de son côté annoncé de nouvelles «idées».

Depuis plusieurs mois, les efforts de médiation menés par le Qatar, les Etats-Unis et l'Egypte se heurtent aux exigences des deux camps: Benjamin Netanyahu affirme vouloir continuer la guerre jusqu'à la destruction du Hamas et la libération de tous les otages.

Le Hamas de son côté réclame un cessez-le-feu définitif et un retrait israélien de Gaza avant un accord.

Dizaines de milliers de morts

La guerre a été déclenchée par une attaque sans précédent du mouvement islamiste Hamas dans le sud d'Israël le 7 octobre, qui a entraîné la mort de 1195 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles. Sur 251 personnes enlevées durant l'attaque, 116 sont toujours retenues à Gaza dont 42 sont mortes.

Israël a juré de détruire le Hamas et lancé une offensive militaire d'envergure sur le territoire palestinien qui a fait jusqu'à présent 38'098, en majorité des civils, selon des données samedi du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas qui a pris le pouvoir dans ce territoire palestinien en 2007.

ATS