Genève vote un déficit de 23 millions, créations de postes

olpe, ats

19.12.2021 - 01:38

Le Parlement de la Ville de Genève a accepté le budget municipal 2022, qui prévoit un déficit de 23,13 millions de francs, au grand dam de la droite minorisée sur toutes ses propositions. Trente-trois nouveaux postes seront créés.

Les élus de la Ville de Genève ont adopté un budget déficitaire de 23 millions de francs pour 2022 (archives).
ATS

olpe, ats

19.12.2021 - 01:38

La gauche et les Vert.e.s, majoritaires au Conseil municipal, ont largement donné le ton avec l'appui, presque contre son gré, du MCG, qui a approuvé le budget tout en en déplorant la générosité. «La recherche de l'équilibre des comptes pour 2028 est menacée», a prévenu l'élu MCG Daniel Sormanni à l'issue d'un vote intervenu dans la nuit de samedi à dimanche.

La droite emmenée par le PLR et l'UDC, qui ont dit non, n'a pas pu empêcher que le projet soit plébiscité à une majorité de 3 contre 1. «On assiste à une frénésie de dépenses avec une accumulation de nouveaux postes (33,1 au total), qui alourdissent encore les hiérarchies et renforceront les inefficacités et les souffrances», a critiqué Michèle Roullet (PLR).

«Droite moralisatrice»

Joëlle Bertossat (PS) a fustigé les «maximes moralisatrices» de la droite, qui, selon elle, menacent d'hypothéquer l'avenir, alors que la ville dont l'économie est florissante a les moyens d'investir dans l'avenir. Notamment pour les crèches, la lutte contre les inégalités, la protection du climat, la culture, les artistes indépendants.

Si l'Association des usagers des Bains des Pâquis, épinglée par la Cour des comptes, sort grande perdante de ce budget, l'Orchestre de la Suisse romande (OSR) a pu malgré les attaques sauver ses billes et garder son niveau de subventions, au-delà des 9 millions de francs.

L'endettement de la Ville de Genève atteint quelque 1,7 milliard de francs. Par rapport au budget initial présenté en septembre par l'exécutif, qui dépassait les 40 millions, l'excédent de charges a pu au final être réduit de près de la moitié. Cette évolution est due aux recettes fiscales – personnes physiques et morales – bien meilleures que prévu et qui nourrissent l'optimisme de la gauche.

olpe, ats