Heurts à Bruxelles, après des épisodes similaires aux Pays-Bas

ATS

21.11.2021 - 20:30

Des heurts ont éclaté dimanche lors d'une manifestation contre les nouvelles mesures anti-Covid à Bruxelles, qui a rassemblé des dizaines de milliers de personnes. Cela après des épisodes similaires aux Pays-Bas et un important rassemblement d'opposants aux restrictions sanitaires en Autriche.

A man shows a poster reading: 'Against Passes. Stop the covid noose. Freedom' during a demonstration against the reinforced measures of the Belgium government to counter the latest spike of the coronavirus in Brussels, Belgium, Sunday, Nov. 21, 2021. Many among them also protested against the strong advice to get vaccinated and any moves to impose mandatory shots. (AP Photo/Olivier Matthys)
Image d'illustration 
KEYSTONE/AP Photo/Olivier Matthys

ATS

21.11.2021 - 20:30

La marche belge a démarré pacifiquement, mais la police a ensuite utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes face à un groupe de personnes lançant des projectiles, a constaté un photographe de l'AFP.

Ce dernier a vu au moins deux policiers blessés durant les heurts, lorsqu'une unité anti-émeute, appuyée par le canon à eau, a chargé la foule. Un manifestant a également été évacué en ambulance, selon la même source.

Belgique: des canons à eau, gaz lacrymogènes lors d'une manifestation contre des mesures anti-Covid

Belgique: des canons à eau, gaz lacrymogènes lors d'une manifestation contre des mesures anti-Covid

La police utilise des canons à eau et des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation contre les nouvelles mesures anti-Covid à Bruxelles, où selon la police des dizaines de milliers de personnes ont participé au rassemblement.

21.11.2021

Drapeaux nationalistes et étoiles jaunes

Dans cet affrontement, plusieurs manifestants portaient des cagoules et brandissaient des drapeaux nationalistes flamands, tandis que d'autres arboraient des étoiles jaunes rappelant l'occupation nazie.

Des palettes en bois ont été brûlées, et des images sur les réseaux sociaux montraient des manifestants s'en prenant à des véhicules de police. Quelque 35'000 manifestants, selon la police, ont participé à cette marche contre les nouvelles mesures anti-Covid annoncées par le gouvernement mercredi.

La manifestation, tenue sous le mot d'ordre «Ensemble pour la liberté», a principalement dénoncé l'interdiction faite aux personnes non vaccinées d'accéder à des lieux comme des restaurants et des bars.

Enrayer le rebond de l'épidémie

La Belgique, qui a annoncé mercredi la généralisation du port du masque, veut également rendre le télétravail obligatoire pour les emplois qui le permettent en vue d'enrayer le fort rebond de l'épidémie dans le pays.

Avec près de 10'300 nouvelles infections par jour en moyenne sur la semaine écoulée, la Belgique retrouve un rythme de propagation du virus qui n'avait plus été atteint depuis un an, comme d'autres pays d'Europe.

Le pays connaît des niveaux d'hospitalisation de patients Covid qu'elle n'avait plus enregistrés depuis mai (plus de 2000 patients, dont plus de 25% en soins intensifs).

Dix-neuf arrestations aux Pays-Bas

Les Pays-Bas ont également connu des troubles liés au récent confinement partiel décrété par le gouvernement.

La police a annoncé dimanche avoir arrêté 19 personnes après une deuxième nuit de manifestations violentes et d'émeutes. A La Haye, où siège le gouvernement, des policiers en tenue anti-émeute ont chargé des groupes de manifestants qui leur jetaient des pierres et des objets divers dans un quartier populaire. Plusieurs policiers ont été blessés.

Vendredi soir déjà, des violences à Rotterdam (sud-ouest) avaient entraîné 51 arrestations. Trois personnes avaient été blessées par balles par la police.

Confinement total en Autriche

En Autriche, environ 6000 personnes, selon la police, ont manifesté dans le calme dimanche après-midi à Linz (nord) contre les mesures anti-Covid du gouvernement, au lendemain d'une mobilisation massive à Vienne qui avait attiré 40'000 protestataires.

Les cas atteignent des niveaux inédits depuis le printemps 2020 en Autriche, qui est le premier pays à confiner à nouveau totalement sa population, à partir de lundi, et le premier membre de l'UE à rendre la vaccination obligatoire pour tout le monde à partir de février.

Le rassemblement était organisé à l'appel d'un nouveau parti politique opposé aux restrictions, le MFG ("Menschen Freiheit Grundrechte» – «L'humain, la liberté, les droits fondamentaux"), récemment entré au parlement régional.

La piqûre, «un crime contre l'humanité»

Au milieu d'une forêt de drapeaux aux couleurs rouges et blanches de l'Autriche, on pouvait lire sur les banderoles: «La piqûre est le plus grand crime contre l'humanité», «Non à la vaccination obligatoire» ou «Touche pas à nos enfants».

La pandémie de Covid-19 accélère en Europe, redevenue l'épicentre de l'épidémie.

Neuf des dix pays enregistrant les plus grosses accélérations de la semaine (parmi ceux avec au moins 1000 contaminations quotidiennes) se situent sur le Vieux Continent. En proportion de la population, hors micro-Etats, le pays ayant recensé le plus de nouveaux cas cette semaine reste la Slovénie (1107 pour 100'000 habitants), devant l'Autriche (981) et la Croatie (887).

ATS