Il y a 50 ans, Robert Kennedy était assassiné

sda

6.6.2018

Les États-Unis de Donald Trump: pour beaucoup, notre époque est synonyme de division et d'animosité. Mais qu'en est-il lorsqu'on compare notre ère à celle de l'Amérique de la fin des années 60? Robert Kennedy a été assassiné il y a 50 ans. Les divisions et la polarisation étaient-elles encore plus importantes à l'époque?

Lorsque le 5 juin 1968, à 00h50 heure locale, Sirhan Bishara Sirhan a tiré trois fois sur Robert Kennedy dans la cuisine de l'hôtel Ambassador de Los Angeles, ce fut la fin du rêve politique pour des millions d'Américains.

Juan Romero, à l'époque âgé de 17 ans, s'était alors agenouillé pour tenir la tête du sénateur et éviter qu'elle ne touche le carrelage glacé. Quelques secondes plus tôt, Robert Kennedy s'était avancé vers lui pour lui serrer la main. Cinquante ans après les faits, Juan Romero revient sur la tragédie dans un documentaire Netflix: «C'est comme si tout espoir était mort avec lui.»

Un pays déformé par sa puissance militaire: violences policières, débats sur la possession d'armes et sur l'immigration, un système juridique injuste, aucune égalité des chances entre les ethnies – dans un livre qui vient de paraître, Kerry, la fille de Robert Kennedy, souligne combien ces thèmes ont marqué la fin des années 60. La période Trump n'en a pas l'exclusivité. Tout comme elle n'a pas l'exclusivité de l'hystérie, de la violence et des énormes contradictions qui touchent actuellement la société.

«Aujourd'hui, tout le monde dénonce la polarisation de la société. Pourtant, c'était bien pire à l'époque», explique le politologue Bill Galston. En 1968, l'Amérique aspirait à l'arrivée au pouvoir d'un politicien qui serait capable de pacifier ce pays dans la tourmente et de réparer la réputation mondiale de l'Amérique, endommagée par les atrocités de la guerre du Vietnam.

Robert Francis «Bobby» Kennedy avait tout pour être cet homme. Sa promesse: rétablir le «leadership moral des États-Unis sur cette planète». Son credo: «Nous pouvons faire mieux.»

Un homme charismatique

Bobby Kennedy était un homme séduisant, comme une nouvelle promesse. Un sourire rayonnant, des costumes parfaitement coupés, du charisme et un immense pouvoir de persuasion. Cinq ans après le meurtre de son frère John F., pour lequel il avait officié en tant que ministre de la Justice, il était devenu plus doux et plus ouvert.

«Kennedy avait tout pour faire une brillante carrière», explique l'historien de Princeton Julian Zelizer. Martin Luther King, l'icône du mouvement noir, avait été assassiné deux mois auparavant. Pour les historiens, l'année 1968 a entraîné une «dépression nerveuse nationale» aux États-Unis.

Le politologue Bill Galston explique qu'après la mort soudaine de Robert Kennedy, toutes les soudures du pays se sont mises à éclater. «Tout a empiré. Les tensions entre les ethnies et les groupes d'âge, le long des frontières entre cultures, revenus, sexes, valeurs et idéologies.»

Juan Romero, l'immigré mexicain qui avait à l'époque maintenu la tête de Robert Kennedy, déclare: «Son héritage est plus actuel que jamais.» Le sénateur venait de célébrer sa victoire préélectorale en Californie avec ses partisans en liesse. L'auteur de l'attentat, âgé de 24 ans, l'a intercepté alors qu'il se dirigeait vers la sortie de la cuisine, où l'attendaient les voitures.

Robert Kennedy a succombé à ses blessures à la tête et au cou le lendemain: il avait 42 ans. Sirhan l'a tué, car il le tenait pour responsable de la répression d'émeutes palestiniennes. Il purge actuellement une peine de prison en Californie.

Meurtre isolé ou complot?

Depuis lors, on continue de penser que Sirhan n'était pas un auteur isolé et que le FBI a étouffé des informations. Il suffit d'écouter les multiples parties du podcast de Paul Schrade, le conseiller de Bobby Kennedy, pour le comprendre. L'homme âgé de 91 ans aujourd'hui avait été grièvement blessé dans l'attentat de 1968.

Pour les historiens, la mort de Bob Kennedy a marqué le début d'une période de semailles qui porte encore aujourd'hui des fruits bien amers. «Beaucoup pensaient qu'il ne serait jamais possible de mettre en place des changements dans le cadre d'une politique "normale". Nous avons alors assisté à une profonde radicalisation et à l'acceptation de la violence», écrit Ross Baker.

Le «Washington Post» à propos du décès de Robert Kennedy: «Il nous rappelle encore aujourd'hui que même en période de chaos et d'agitation, nous pouvons décider quel genre de citoyen nous voulons être.» Pour Dawn Porter, la réalisatrice britannique du documentaire Netflix sur Robert Kennedy, il est essentiel d'établir des parallèles avec l'Amérique de Trump: «Les gens doivent se rappeler que la fonction de président est plus grande que n'importe quel individu.»

Deux mois et un jour avant sa mort, Bobby Kennedy avait réagi à l'assassinat de Martin Luther King lors d'un discours prononcé à Indianapolis. Voilà ce qu'il avait déclaré: «Nous n'avons pas besoin de division, de haine ou de violence, mais d'amour, de sagesse et d'attention.» Il avait alors été largement acclamé.

John F. Kennedy

Les images du jour

Retour à la page d'accueil