Après les «référendums»

Kiev ne peut pas négocier avec Moscou, affirme Zelensky

ATS

27.9.2022 - 23:22

Kiev ne peut pas mener de pourparlers avec Moscou après l'organisation de «référendums» d'annexion dans quatre régions ukrainiennes, dont trois ont déjà annoncé mardi soir que le «oui» au rattachement à la Russie l'avait emporté, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky à l'ONU.

Impossible pour Kiev de négocier avec Moscou après les «référendums» d'annexion, dit Zelensky

Impossible pour Kiev de négocier avec Moscou après les «référendums» d'annexion, dit Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé mardi que Kiev ne pouvait mener de pourparlers avec Moscou après ces «pseudo-référendums» et assuré qu'il agirait «pour défendre son peuple».

28.09.2022

ATS

27.9.2022 - 23:22

«La reconnaissance par la Russie des 'pseudo-référendums' comme 'normaux', la mise en oeuvre du (même) scénario qu'en Crimée et une énième tentative d'annexer une partie du territoire ukrainien signifie que nous n'avons pas à discuter avec l'actuel président russe», a dit M. Zelensky dans une vidéo enregistrée et diffusée lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

Le président ukrainien s'exprimait avant que ne soient annoncés les premiers résultats des «référendums» d'annexion dans les régions ukrainiennes de Kherson, Zaporijjia et de Lougansk, où le «oui» au rattachement à Moscou l'a largement emporté, selon les résultats annoncés autorités prorusses locales. Les résultats pour la région de Donetsk n'étaient pas encore connus à 20h45 GMT (22h45 en Suisse).

Des résultats «pipés d'avance»

A la tribune de l'ONU, le président ukrainien a dénoncé «une farce» avec des résultats «pipés d'avance». «L'annexion des territoires (pris par Moscou) est la violation la plus brutale de la Charte des Nations unies», a-t-il encore asséné dans sa vidéo.

Selon lui, la Russie devrait donc «être exclue de toutes les organisations internationales» pour ces actions, ou au moins en être suspendue.

«Les menaces d'utiliser les armes nucléaires sont devenues un discours constant des responsables et des propagandistes russes», a-t-il par ailleurs dénoncé, alors que le Kremlin a rappelé mardi la doctrine militaire russe qui prévoit la possibilité de telles frappes en cas d'attaque contre le territoire russe.

ATS