Flambée épidémique

Indonésie: les restrictions sont élargies à l'ensemble de l'archipel

ATS

7.7.2021 - 08:52

L'Indonésie a élargi mercredi à l'ensemble de l'archipel les restrictions ordonnées pour faire face à la propagation du très contagieux variant Delta, le gouvernement laissant entendre que sur le front de l'épidémie, le pire pourrait encore être à venir.

ATS

7.7.2021 - 08:52

epa09327793 Workers wearing PPE carry a coffin of a person who died with COVID-19, during a funeral at a cemetery dedicated for Covid-19 victims in Jakarta, Indonesia, 07 July 2021. Indonesia has recorded over 2,200,000 Sars-CoV-2 positive cases since the beginning of the pandemic. Indonesian authorities impose tighter restrictions, from 03 to 20 July 2021, amid a new surge of COVID-19 cases in Java and Bali. EPA/ADI WEDA
Des travailleurs portant des combinaisons de sécurité portent le cercueil d'une personne décédée du COVID-19, lors d'un enterrement dans un cimetière dédié aux victimes du virus à Jakarta, Indonésie, le 7 juillet 2021.
KEYSTONE

Alors que des restrictions drastiques étaient déjà en vigueur sur les îles de Java et Bali, les nouvelles mesures annoncées mercredi, qui varient selon les zones, s'appliqueront à des dizaines de villes de Sumatra (ouest) jusqu'à la Papouasie occidentale (est).

«Les cas sont à la hausse dans d'autres régions et nous devons faire attention à la vulnérabilité des hôpitaux», a déclaré le ministre Airlangga Hartarto, précisant que les restrictions seraient en vigueur jusqu'au 20 juillet.

Le système de santé du quatrième pays le plus peuplé au monde est débordé par un afflux de patients. Mardi, le gouvernement a fait état de 31.189 nouvelles infections, un record, et de 728 décès liés au Covid-19. Cette mortalité est sept fois supérieure à ce qu'elle était il y a encore moins d'un mois.

Système de santé fragile

Les zones concernées par les nouvelles restrictions annoncées mercredi enregistrent actuellement beaucoup moins de cas que l'île de Java, où vit la moitié de la population indonésienne.

Mais dans ces régions, les services de santé sont aussi beaucoup moins développés et une explosion de cas ferait vaciller beaucoup plus vite l'ensemble du système, a averti M. Hartarto. «Les structures dans ces régions sont limitées et déjà débordées», a-t-il averti.

Les restrictions portent notamment sur l'obligation pour les personnels affectés à des secteurs non essentiels de travailler de chez eux, ainsi que la limitation des horaires d'ouverture des magasins et restaurants. Mosquées et églises vont également être fermées dans les zones les plus touchées.

ATS