Etats-Unis L'économie parie sur Nikki Haley comme alternative à Trump et Biden

ATS

10.12.2023 - 13:03

Un nombre croissant de personnalités du monde économique déclarent leur soutien à la candidate à la primaire républicaine américaine Nikki Haley. Elle est considérée comme plus prévisible que Donald Trump et plus favorable aux intérêts des entreprises que Joe Biden.

Depuis un mois environ, la liste des entrepreneurs et dirigeants d'entreprises qui se rangent derrière l'ancienne gouverneure de Caroline du Sud Nikki Haley, contribuent financièrement à sa campagne ou envisagent de le faire, ne cesse de s'allonger.
Depuis un mois environ, la liste des entrepreneurs et dirigeants d'entreprises qui se rangent derrière l'ancienne gouverneure de Caroline du Sud Nikki Haley, contribuent financièrement à sa campagne ou envisagent de le faire, ne cesse de s'allonger.
KEYSTONE

ATS

10.12.2023 - 13:03

«Même si vous êtes un démocrate très à gauche, je vous le demande: aidez Nikki Haley, vous aussi. Faites émerger une meilleure option que Trump côté républicain», a récemment plaidé Jamie Dimon, PDG de la banque JPMorgan Chase, parfois considéré comme le patron le plus puissant des Etats-Unis.

Depuis un mois environ, la liste des entrepreneurs et dirigeants d'entreprises qui se rangent derrière l'ancienne gouverneure de Caroline du Sud, contribuent financièrement à sa campagne ou envisagent de le faire, ne cesse de s'allonger. Parmi eux, Charles Koch, l'un des plus gros donateurs en politique, ou l'investisseur Stanley Druckenmiller, tous deux multimilliardaires.

Début décembre, lors d'une levée de fonds dans un appartement luxueux de l'Upper West Side, Nikki Haley a récolté plus de 500'000 dollars de promesses de dons de membres du gotha new-yorkais des affaires.

Pas de coups de folie

«Je pense qu'initialement, beaucoup de gens du monde économique se tenaient en retrait, attendaient d'avoir plus de visibilité parmi les candidats», explique David Primo, professeur de sciences politiques à l'université de Rochester.

Alors que Nikki Haley pointait fin octobre à moins de 10% dans les sondages pour la première primaire républicaine du calendrier, en Iowa, elle ressort désormais à près de 18%, faisant quasiment jeu égal avec Ron DeSantis (autour de 19%). «Elle a été impressionnante lors des débats», souligne David Primo, et «le monde de l'entreprise s'inquiète de l'instabilité potentielle que créerait une nouvelle présidence Trump.»

«Il semble qu'elle soit prête à respecter des limites, plus que d'autres», analyse Daniel Kinderman, professeur à l'université du Delaware. «Et c'est quelque chose que les responsables économiques apprécient plutôt. Ils n'aiment pas trop les coups de folie.»

Orthodoxie budgétaire

L'ancienne ambassadrice américaine auprès des Nations unies prône des baisses d'impôts, un retour progressif à l'équilibre budgétaire, et le relèvement de l'âge minimum de départ à la retraite. «Elle veut de l'orthodoxie budgétaire et s'inquiète de la dette. C'est une ligne républicaine traditionnelle», résume Michael Strain, de l'American Enterprise Institute (AEI).

«Elle a été gouverneure d'un Etat (de 2011 à 2017) et était vue comme favorable aux entreprises (en Caroline du Sud)», évoque David Primo. «Elle sait comment interagir avec les dirigeants».

Pour sa part, Donald Trump propose aussi de réduire la charge fiscale, en particulier l'impôt sur les sociétés, mais parle peu des déficits et de la dette. Sa promesse d'étendre et de relever les tarifs douaniers préoccupe particulièrement les milieux économiques.

Nikki Haley, elle, «n'est pas isolationniste (...) ou quelqu'un qui aurait une vision étroite du libre-échange», détaille Jeffrey Sonnenfeld, professeur de management à l'université de Yale qui sonde régulièrement de grands patrons, même si la candidate prône davantage de fermeté face à la Chine.

La quinquagénaire commence même à attirer des démocrates, comme l'investisseur Reid Hoffman, co-fondateur du réseau LinkedIn. «Nikki est une politicienne compétente, (...) une Américaine qui respecte les institutions, la démocratie et l'Etat de droit», a-t-il récemment expliqué lors d'un entretien au magazine Barron's.

Doutes sur Trump

Lors du quatrième débat de la primaire républicaine, mercredi, l'un de ses concurrents, Vivek Ramaswamy, a accusé Nikki Haley d'être «corrompue» du fait de ses liens avec le monde des affaires et dénoncé le soutien de Reid Hoffman, qu'il a qualifié de «George Soros Jr».

D'autres s'interrogent sur la fracture que pourrait causer cette image avec l'électorat populaire. «N'êtes-vous pas un peu trop proche des banques et des milliardaires pour convaincre la base ouvrière, qui veut s'en prendre au système, pas élire quelqu'un qui en est issu?», lui a ainsi demandé, lors du débat de mercredi, la journaliste Megyn Kelly.

«Pour ce qui est de ces gens du monde économique qui veulent, soudainement, nous soutenir, je prends, mais je ne leur demande pas quelle politique ils voudraient mener. Ce sont eux qui m'interrogent sur mon programme», a contré Nikki Haley.

Au-delà des différences politiques avec Donald Trump, «les patrons s'inquiètent de la capacité (de l'ancien président) à être élu» lors du scrutin présidentiel, selon Michael Strain. Un récent sondage de l'institut Harris donnait ainsi un meilleur résultat potentiel pour Nikki Haley face à Joe Biden que pour Donald Trump, sans compter que les multiples procédures judiciaires visant l'ancien chef de l'Etat font planer une menace sur sa campagne.

«C'est inhabituel», relève M. Strain, «de voir quelqu'un qui mène de 50 points dans les sondages pour la primaire, mais n'est pas le meilleur candidat pour l'élection générale».

ATS