Moldavie

L'ex-président pro-russe assigné à résidence pour 30 jours

ATS

26.5.2022 - 19:46

L'ex-président pro-russe de la Moldavie, Igor Dodon, soupçonné de trahison et corruption, a été assigné à résidence pour trente jours, a annoncé jeudi un tribunal de ce pays, où les tensions entre pro-occidentaux et pro-russes se sont accentuées avec le conflit en Ukraine.

En Moldavie, le président sortant Igor Dodon est arrivé en tête de l'élection présidentielle mais devra se présenter au second tour contre Maia Sandu.
M. Dodon est soupçonné d'avoir touché de l'argent en 2019 d'un allié politique et oligarque sulfureux, Vlad Plahotniuc, qui s'est exilé depuis et fait l'objet de sanctions américaines. (archives)
KEYSTONE/EPA/DUMITRU DORU

ATS

26.5.2022 - 19:46

Le parquet demandait que sa détention provisoire se déroule dans un centre dédié, après son placement en garde à vue mardi.

Il est ciblé dans le cadre d'une enquête pour «trahison d'Etat», «corruption passive», «financement d'un parti politique par une organisation criminelle» et «enrichissement illégal». Des perquisitions ont été menées dans une douzaine de lieux, des bureaux liés à l'ex-dirigeant, et à son domicile de Chisinau, la capitale de l'ex-république soviétique.

Les enquêteurs soupçonnent M. Dodon d'avoir touché de l'argent en 2019 d'un allié politique et oligarque sulfureux, Vlad Plahotniuc, qui s'est exilé depuis et fait l'objet de sanctions américaines.

Pro-occidentaux vs pro-russes

Le procureur Piotr Iarmaliouk a indiqué vouloir faire appel de cette décision, affirmant avoir des preuves que M. Dodon «peut influencer le cours de l'enquête» et que selon un billet de train trouvé à son domicile, «il avait «l'intention de fuir le pays».

«Je pense que c'est une affaire politique. Elle a été lancée sur ordre de la présidente Maia Sandu», pro-occidentale, a déclaré M. Dodon à la presse, devant le tribunal où étaient rassemblés des dizaines de supporters et d'opposants de l'ex-président.

«Ceci est dirigé par l'ambassade des États-Unis en Moldavie, afin de neutraliser l'opposition», a-t-il ajouté.

Igor Dodon a présidé la Moldavie de 2016 à 2020, et était ouvertement soutenu par Moscou. Pays majoritairement roumanophone mais à forte minorité russophone, le pouvoir y passe régulièrement des pro-russes aux pro-occidentaux, nourrissant des crises politiques à répétition.

Après de multiples scandales ayant éclaboussé M. Dodon, sur fond de corruption et de pauvreté endémique, la pro-européenne Maïa Sandu a remporté en 2020 et 2021 coup sur coup la présidentielle et les législatives.

Cible de Moscou?

Depuis l'offensive russe contre l'Ukraine, Chisinau a affiché un soutien résolu à Kiev. Elle accueille des réfugiés de guerre, a déposé une candidature d'adhésion à l'UE et obtenu la promesse européenne d'une hausse importante de l'aide militaire.

Car la Moldavie, qui abrite la Transdniestrie, un territoire séparatiste pro-russe frontalier de l'Ukraine, craint que Moscou puisse la choisir comme cible. D'autant que la région sécessionniste a dit avoir été visée en avril par des tirs venant d'Ukraine.

Les autorités russes ont elles exprimé des critiques très virulentes à l'égard de la Moldavie.

ATS