Crainte de représailles

L'ONU en appelle à la Russie sur la manifestante à la TV

sn, ats

15.3.2022 - 12:45

L'ONU appelle la Russie à ne pas décider de «représailles» contre la femme qui a fait irruption lundi soir pendant le journal télévisé le plus regardé de son pays avec une pancarte critiquant l'offensive militaire en Ukraine. Celle-ci a été arrêtée et emmenée au commissariat.

epa09805223 Russian policemen deploy prior to an unauthorized rally against the Russian special operation in Ukraine, in downtown Moscow, Russia, 06 March 2022. According to independent Russian human rights group OVD-Info, hundreds of people were arrested in protests throughout major Russian cities on 06 March. EPA/YURI KOCHETKOV
Au total, les autorités russes ont récemment fait voter plusieurs lois prévoyant de lourdes peines pouvant aller jusqu'à 15 ans de prison pour des déclarations contre l'armée ou contre l'offensive en Ukraine.
KEYSTONE

sn, ats

15.3.2022 - 12:45

«Nous suivons cette situation», a affirmé mardi à la presse une porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme. L'ONG de défense des droits des manifestants OVD-Info a présenté cette femme comme Marina Ovsiannikova, une employée de la chaîne.

«Les Russes sont contre la guerre», estimait cette personne sur la pancarte. Elle pourrait être poursuivie pour avoir «discrédité l'utilisation des forces armées russes». Au total, les autorités russes ont récemment fait voter plusieurs lois prévoyant de lourdes peines pouvant aller jusqu'à 15 ans de prison pour des déclarations contre l'armée ou contre l'offensive en Ukraine.

sn, ats