Climat

L'ONU refuse de reporter la COP26 en raison du coronavirus

ATS

8.9.2021 - 02:40

L'ONU a refusé mardi de reporter la COP26 de novembre à Glasgow, comme le demandaient des ONG, qui arguaient des difficultés des pays pauvres à y accéder, notamment en raison du coronavirus. Elle a souligné l'urgence de la situation pour l'avenir de la Terre.

ATS

8.9.2021 - 02:40

Selon le GIEC, la hausse des températures pourrait atteindre le seuil de +1,5 degré Celsius autour de 2030, dix ans plus tôt qu'estimé (archives).
ATS

«À seulement deux mois de l'échéance, il est évident qu'une conférence sûre, inclusive et juste est impossible, étant donné l'échec à soutenir l'accès aux vaccins [...] dans les pays pauvres, les coûts en hausse des voyages et du logement et l'incertitude sur l'évolution de la pandémie de Covid-19», a estimé le Climate Action Network (CAN), réseau qui regroupe plus de 1500 ONG, dont Greenpeace, WWF, Action Aid, Oxfam ou encore Amnesty international.

«Une COP en personne au début novembre exclurait de facto de nombreux délégués des gouvernements, militants de la société civile et journalistes, en particulier des pays du sud, dont beaucoup sont sur la 'liste rouge' Covid-19 du Royaume-Uni», poursuit le groupe dans un communiqué.

Seule 3% de la population en Afrique est vaccinée, contre plus de la moitié en Europe. Cet appel au report «ne signifie en aucun cas un report des actions climatiques urgentes ni un boycott des discussions climat», insiste le CAN.

«Etape urgente et majeure»

L'ONU a opposé une fin de non-recevoir à cette demande. «Nous comprenons et respectons les préoccupations exprimées par divers groupes», mais «pour l'instant, aucun changement n'est prévu», a déclaré mardi le porte-parole adjoint de l'ONU.

«Seule une étape urgente et majeure dans l'action climatique peut maintenir les objectifs de l'accord de Paris à portée de main et protéger les pays et les communautés les plus vulnérables contre l'aggravation des impacts climatiques», a-t-il insisté.

L'ONU et les organisateurs «travaillent avec le gouvernement britannique pour rendre la COP aussi sûre et inclusive que possible, notamment en offrant des vaccins à tous les participants et en payant les frais de quarantaine des hôtels lorsque la quarantaine est requise», a ajouté le porte-parole.

Le gouvernement britannique a assuré mardi que la vaccination de tous ceux qui en avaient fait la demande – sans en préciser le nombre – commencerait «cette semaine», et qu'avec un délai de quatre semaines entre les deux doses, les délégués seraient vaccinés d'ici au début de la conférence.

«La COP26 a déjà été reportée d'un an et nous ne savons que trop bien que le changement climatique ne prend pas de vacances», a commenté le président de la COP26 Alok Sharma. «Le récent rapport du GIEC met en évidence, pourquoi la COP26 doit avoir lieu en novembre, pour permettre aux dirigeants mondiaux de s'unir et fixer des engagements décisifs pour s'attaquer au changement climatique», a-t-il ajouté.

ATS