La tension monte

La Finlande se rapproche de l'Otan, Moscou la menace

ATS

12.5.2022 - 22:39

La Russie a menacé jeudi la Finlande d'une riposte militaro-technique après que ses dirigeants ont annoncé leur volonté d'adhérer «sans délai» à l'Otan. La tension montait autour des livraisons de gaz russe à l'Europe, perturbées pour le deuxième jour consécutif.

FILE - Finland's President Sauli Niinisto makes a point during a joint press conference with British Prime Minister Boris Johnson, at the Presidential Palace in Helsinki, Finland, Wednesday, May 11, 2022. Finland appears on the cusp of joining NATO. Sweden could follow suit. By yearâÄ™s end, they could stand among the allianceâÄ™s ranks. RussiaâÄ™s war in Ukraine has provoked a public about face on membership in the two Nordic countries. They are already NATOâÄ™s closest partners, but should Russia respond to their membership moves they might soon need the organizationâÄ™s military support. (AP Photo/Frank Augstein, Pool, File)
Le président de la Finlande, Sauli Niinistö, s'est dit favorable jeudi à une adhésion «sans délai» à l'Otan.
KEYSTONE

ATS

12.5.2022 - 22:39

Le président et la Première ministre de Finlande, Sauli Niinistö et Sanna Marin, se sont dit favorables jeudi à une adhésion «sans délai» à l'Otan, prélude à une candidature formelle dimanche de ce pays nordique, qui partage 1300 km de frontière avec la Russie et fut longtemps contraint à une sorte de neutralité forcée par Moscou.

Si l'adhésion se concrétise, la Russie sera «obligée de prendre des mesures réciproques, militaro-techniques et autres, pour mettre fin aux menaces à sa sécurité nationale», a répliqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, appelant Helsinki à «prendre conscience de ses responsabilités».

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait auparavant estimé que la réponse de Moscou dépendrait de «l'avancée des infrastructures militaires vers» les frontière russes.

Accords avec Londres

Côté occidental, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, puis le chancelier allemand Olaf Scholz et le président français Emmanuel Macron ont assuré la Finlande de leur soutien, tout comme des élus clés du Sénat américain.

Si elle postulait, «elle sera chaleureusement accueillie au sein de l'Otan et le processus d'adhésion se déroulera sans heurts et rapidement», a déclaré M. Stoltenberg.

Inquiètes de la réaction de Moscou à leurs probables demandes d'adhésion à l'Otan, Helsinki et Stockholm, qui l'envisage aussi, ont signé dès mercredi des déclarations de protection mutuelle avec le Royaume-Uni.

Tensions énergétiques

La tension montait aussi autour des questions énergétiques. L'Allemagne, l'un des principaux clients européens du gaz russe, a vu ses livraisons via l'Ukraine baisser de près de 40% en deux jours, selon les opérateurs. Le géant gazier russe Gazprom a confirmé mercredi que les volumes livrés à l'Europe par le territoire ukrainien baisseraient de près de 30% ce jeudi, après 18% la veille.

Moscou et Kiev se rejettent la responsabilité de ces baisses. Kiev dit depuis mardi ne plus pouvoir garantir les livraisons via les installations de Sokhranivka, dans la région de Lougansk, en raison de la présence des forces armées russes, et a demandé à Gazprom d'accroître les volumes via un autre point de transit, Soudja.

Mais Moscou assure que le transit peut parfaitement se faire via Sokhranivka, et que réorienter le flot vers Soudja est impossible.

Si les baisses ont été compensées côté allemand par du gaz venu de Norvège et des Pays-Bas, Gazprom a semblé prêt à réduire encore ses livraisons européennes jeudi en annonçant qu'il n'utiliserait plus un gazoduc-clé passant par la Pologne, le Yamal-EuroPol.

Le ministre allemand de l'Energie Robert Habeck a accusé la Russie d'utiliser l'énergie «comme une arme».

Outre les perturbations gazières, il a dénoncé les contre-sanctions russes annoncées jeudi contre des sociétés énergétiques occidentales, qui frappent avant tout Gazprom Germania, ex-filiale allemande de Gazprom que l'Etat allemand a pris sous son contrôle pour son importance stratégique.

«Couper l'oxygène énergétique»

Le président russe Vladimir Poutine a assuré de son côté jeudi que les sanctions économiques imposées par l'Occident à Moscou affectaient plus l'Europe que la Russie.

«L'obsession» occidentale en matière de sanctions «va aboutir inévitablement aux conséquences les plus difficiles pour l'Union européenne, pour ses citoyens», a-t-il déclaré lors d'une réunion sur la situation économique.

La question des sanctions et des perturbations gazières devrait être au menu de la visite du ministre des Affaires étrangères ukrainien Dmytro Kouleba en Allemagne, où il devait participer vendredi et samedi à une réunion avec ses homologues du G7 (Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni et Etats-Unis).

«L'Europe doit couper l'oxygène énergétique» à la Russie et «se débarrasser de sa dépendance du gaz russe», a déclaré jeudi M. Kouleba.

«Famille européenne»

Les 27 pays de l'UE s'efforcent de réduire leur dépendance des hydrocarbures russes depuis le début du conflit, mais n'ont pas réussi pour l'instant à s'entendre sur un embargo progressif sur le pétrole russe.

Plus tôt jeudi, M. Kouleba avait à nouveau plaidé pour une adhésion de son pays à l'UE. «On entend très souvent que l'Ukraine appartient à la famille européenne, à présent il importe de (lui) réserver cette place» dans l'UE, a-t-il déclaré à la télévision allemande.

Kiev a présenté sa candidature à l'adhésion à l'UE le 28 février, mais certains des 27 pays membres sont sceptiques, y compris sur l'octroi du statut de candidat à l'Ukraine, question sur laquelle une décision est attendue en juin.

En parallèle du G7, les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'Otan se réuniront aussi vendredi et samedi pour discuter de leur soutien militaire à l'Ukraine et peut-être aussi à la Moldavie.

La cheffe du renseignement américain Avril Haines avait estimé mardi que Vladimir Poutine n'avait pas l'intention de se limiter au Donbass et au sud de l'Ukraine, et qu'il voulait étendre son emprise au sud-ouest jusqu'en Transdniestrie, région séparatiste prorusse de Moldavie.

Enquête sur les exactions russes

A Genève, le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a approuvé le lancement d'une enquête sur les atrocités reprochées aux troupes d'occupation russes.

Une résolution adoptée par 33 votes pour, 2 contre (Chine et Erythrée) et 12 absentions (dont l'Inde, le Sénégal et le Cameroun), a demandé à une commission spéciale formée début mars sur l'Ukraine de mener une «enquête» sur les graves violations des droits humains imputées aux forces russes dans les régions de Kiev, Tcherniguiv, Kharkiv et Soumy à la fin de février et en mars 2022. Avec l'intention de «demander des comptes aux responsables».

Cette enquête devrait s'ajouter aux enquêtes de la Cour pénale internationale et des autorités ukrainiennes déjà en cours.

Selon la procureure générale ukrainienne, un premier soldat russe de 21 ans doit être jugé prochainement pour avoir abattu un civil ukrainien de 62 ans qui circulait, non armé, sur son vélo.

Le soldat, Vadim Chichimarine, se déplaçait avec quatre autres soldats russes après l'attaque de leur convoi le 28 février, selon le communiqué de la procureure. Ils auraient volé une voiture dans la région de Soumy (est) et Vadim Chichimarine aurait abattu le civil «afin qu'il ne les dénonce pas», selon le communiqué, qui ne précise pas la date du procès.

Jeudi également, des représentants de l'ONU à New York ont réclamé l'arrêt des bombardements d'écoles en Ukraine, tout en dénonçant leur utilisation à des fins militaires.

Retour à Kiev

Sur le terrain, les combats se poursuivent dans l'est et le sud du pays. L'armée russe poursuit son offensive dans le Donbass, où elle ne progresse que lentement, et essaie notamment de prendre «le contrôle total» des localités de Roubijné et de Severodonetsk, selon la présidence ukrainienne.

Les habitants de la région ayant refusé d'évacuer sont souvent favorables à Moscou. «Ils donnent aux Russes nos coordonnées, c'est certain», a indiqué à l'AFP un soldat qui utilise le nom de guerre «Zastava», rencontré sur la ligne de front à Novomykolaïvka

Des frappes aériennes russes ont aussi fait au moins trois morts et 12 blessés dans la nuit de mercredi à jeudi près de Tcherniguiv, dans le nord-est de l'Ukraine, selon des responsables locaux.

En gare de Kiev, les retours d'Ukrainiens partis à l'étranger se multiplient depuis le 9 mai, lorsque l'Ukraine redoutait une action militaire d'éclat de la Russie pour l'anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie.

Lorsqu'un train venant de Pologne entre en gare, des cris de joie retentissent. «On s'habitue à la guerre, à la menace. Les craintes qu'on avait il y deux mois sont différentes de celles d'aujourd'hui», explique Dana Pervalska, 27 ans, en accueillant sa cousine sur le quai.

ATS