Honduras

La justice prononce l'extradition aux Etats-Unis de l'ex-président

ATS

17.3.2022 - 06:32

La justice du Honduras a donné son feu vert mercredi à l'extradition de l'ancien président Juan Orlando Hernandez (2014-2022) vers les Etats-Unis, a annoncé sur Twitter la Cour Suprême de Justice (CSJ) du Honduras. Il doit y être jugé pour trafic de drogue.

Supporters of Honduran former President Juan Orlando Hernandez protest outside the Supreme Court after he was taken there to decide on wether he was to be extradited to the United States, in Tegucigalpa, Honduras, Wednesday, March 16, 2022. A judge has ruled that the former President should be extradited to the United States to face drug trafficking and weapons charges. (AP Photo/Elmer Martinez)
Les partisans de l'ancien président hondurien Juan Orlando Hernandez protestent devant la Cour suprême après qu'il y ait été emmené pour décider s'il devait être extradé vers les États-Unis, à Tegucigalpa, Honduras, le mercredi 16 mars 2022.
KEYSTONE

ATS

17.3.2022 - 06:32

«Le juge d'extradition de première instance décide (d')accepter la demande d'extradition présentée par le tribunal du District Sud de New York concernant l'ex-président de la République Juan Orlando Hernandez Alvarado», a annoncé la CSJ.

Cette décision est susceptible d'appel dans les trois prochains jours, a indiqué un porte-parole du pouvoir judiciaire, Melvin Duarte. Dans ce cas, ce serait la Cour Suprême siégeant en session plénière qui aurait le dernier mot.

Aux termes de la demande d'extradition, la justice américaine veut juger l'ancien chef de l'Etat notamment pour «conspiration» pour importation de drogue aux Etats-Unis et «possession d'armes à feu, dont des mitraillettes et du matériel de destruction pour contribuer à la conspiration d'importation de narcotiques».

Toujours selon la demande d'extradition, Juan Orlando Hernandez «a participé (de 2004 à 2022) à la conspiration violente de trafic de drogue pour la réception de nombreuses tonnes de cocaïne envoyées au Honduras depuis la Colombie et le Venezuela, entre autres, par voie aérienne ou voie maritime». «La conspiration a transporté plus de 500 tonnes de cocaïne aux Etats-Unis via le Honduras», ajoute la demande d'extradition.

Pots de vin

Selon les procureurs américains en charge du dossier à New York, l'ancien chef de l'Etat du Honduras a reçu des millions de dollars de diverses organisations de trafiquants de drogue du Honduras, du Mexique, et d'autres pays. En échange de ces pots de vin, Juan Orlando Hernandez a «protégé les narcotrafiquants des enquêtes (évitant leur) arrestation et leur extradition», assurent les autorités américaines.

En 2013 M. «Hernández a accepté environ un million de dollars du narcotrafiquant Joaquin Guzmán Loera, alias El Chapo», ajoutent-elles.

Durant le procès aux Etats-Unis du frère de Juan Orlando Hernandez, l'ex-député «Tony» Hernandez, les procureurs de New York ont estimé que l'ancien président était impliqué dans le trafic de drogue pour lequel «Tony» Hernandez a été condamné en mars 2021 à la prison à perpétuité.

Connu au Honduras sous les initiales de son nom -"JOH»-, l'ancien président conservateur est un avocat de 53 ans. Il a remis le pouvoir le 27 janvier à la présidente de gauche Xiomara Castro. Président durant huit ans, il s'est présenté pendant ses deux mandats comme le champion de la lutte contre le trafic de drogue destinée aux Etats-Unis.

ATS