Le Hamas refuse de libérer des femmes Washington: «Ils ne veulent pas qu'elles racontent ce qui leur est arrivé» 

ATS

5.12.2023 - 07:27

Un responsable américain a estimé lundi que la reconduite de la trêve à Gaza a échoué parce que le mouvement islamiste Hamas, soupçonné de viols contre des femmes otages et de violences sexuelles pendant son assaut début octobre, ne veut pas qu'elles en témoignent.

Une femme avec son chien passe devant un mur avec des photos des otages qui seraient toujours en captivité dans la bande de Gaza, à Jérusalem, dimanche 3 décembre 2023. (AP Photo/Ohad Zwigenberg)
Une femme avec son chien passe devant un mur avec des photos des otages qui seraient toujours en captivité dans la bande de Gaza, à Jérusalem, dimanche 3 décembre 2023. (AP Photo/Ohad Zwigenberg)
KEYSTONE

ATS

5.12.2023 - 07:27

Israël avait arrêté son offensive à Gaza dans le cadre d'un accord négocié sous l'égide du Qatar et des Etats-Unis prévoyant de libérer des otages enlevés par le Hamas lors de sa sanglante attaque sur le sol israélien le 7 octobre. Les autorités israéliennes ont déclaré vendredi qu'elles reprenaient leur offensive militaire car le Hamas n'avait pas libéré toutes les femmes otages.

«Il semble que l'une des raisons pour lesquelles ils ne veulent pas libérer des femmes qu'ils retiennent en otage et que cette pause a volé en éclats, c'est qu'ils ne veulent pas que ces femmes racontent ce qui leur est arrivé pendant leur détention», a déclaré à la presse Matthew Miller, porte-parole du département d'Etat. La police israélienne a affirmé enquêter sur de possibles violences sexuelles commises le 7 octobre par des combattants du Hamas, dont des viols en réunion ou des mutilations de cadavres.

Les enquêteurs israéliens ont jusqu'ici recueilli «plus de 1500 témoignages choquants et pénibles», a déclaré une policière la semaine dernière au Parlement israélien, évoquant «des filles déshabillées au-dessus et au-dessous de la taille» et rapportant le témoignage du viol collectif, de la mutilation et du meurtre d'une jeune femme.

«Mensonges»

Le Hamas a «rejeté» ces accusations, les qualifiant de «mensonges». Le porte-parole américain s'est refusé à davantage de précision en mettant en avant le caractère sensible de la question, mais a déclaré que les Etats-Unis n'avaient «aucune raison de douter» des informations sur des violences sexuelles imputées au Hamas.

«Il y a très peu de choses dont je pense que le Hamas ne soit pas capable s'agissant du traitement des civils et en particulier du traitement des femmes», a-t-il dit. Le 7 octobre, des commandos du Hamas ont tué en Israël 1200 personnes, en majorité des civils, selon les autorités israéliennes.

En plus, 240 personnes ont été enlevées et emmenées dans la bande de Gaza, dont 137 sont toujours retenues en otage, selon l'armée israélienne. En représailles, l'armée israélienne a lancé des bombardements sur la bande de Gaza – interrompus durant une semaine de trêve – qui ont fait jusqu'ici, selon le ministère de la Santé du Hamas à Gaza, 15'899 morts, à 70% des femmes et des moins de 18 ans.

ATS