Royaume-Uni

Le ministre des Finances parmi les plus grandes fortunes du pays

ATS

20.5.2022 - 10:30

Le ministre britannique des Finances Rishi Sunak, critiqué au Royaume-Uni pour son action insuffisante contre l'envolée des prix, est le premier responsable politique de premier plan à entrer dans le classement des plus grandes fortunes du pays.

Le ministre britannique des Finances, Rishi Sunak, et sa femme Akshata Murty comptent parmi les plus grosses fortunes du Royaume-Uni. Elle est estimée à presque 861 millions d'euros. (archives)
ATS

ATS

20.5.2022 - 10:30

La fortune du ministre de 42 ans et de sa femme Akshata Murty, fille du cofondateur milliardaire du groupe de technologies Infosys, est estimée à 730 millions de livres sterling (presque 861 millions d'euros), selon le rapport annuel du Sunday Times sur les 1000 plus grandes fortunes du pays, publié vendredi comme chaque année par le journal depuis 1989.

Ils arrivent à la 222e position de la liste dont le trio de tête est formé par les frères Sri et Gopi Hinduja, propriétaires du conglomérat du même nom (28,47 milliards de livres), l'inventeur James Dyson (23 milliards) et les hommes d'affaires David et Simon Ruben (22,27 milliards).

En avril, Rishi Sunak s'est retrouvé au coeur d'une série de révélations embarrassantes qui ont porté un coup à la réputation de celui qui était encore il y a peu la coqueluche des conservateurs.

Elles concernaient l'avantageux statut fiscal de sa richissime épouse lui ayant permis d'économiser des millions en impôts, ou le titre de séjour américain qu'il possédait jusqu'à l'année dernière.

Après ces révélations, Akshata Murty, son épouse indienne, a renoncé au statut de «non résidente» au Royaume-Uni qui, même si elle vit à Londres, lui permettait d'éviter de payer des impôts sur ses revenus étrangers.

Vers des mois «difficiles»

S'il a finalement été exonéré de toute infraction au code de conduite ministériel, Rishi Sunak reste accusé de ne pas en faire assez pour aider les ménages alors que l'inflation a bondi de 9% en avril, un record en 40 ans.

Il a prévenu cette semaine que les Britanniques allaient devoir faire face à des mois «difficiles» et admis que le gouvernement ne pouvait «pas protéger les gens complètement» de la conjoncture internationale.

ATS