Succession de Sommaruga Le PS lance les auditions publiques des candidates à Lucerne

we, ats

21.11.2022 - 21:44

Les trois candidates du PS qui se battent pour une place sur le ticket à deux pour succéder à la conseillère fédérale démissionnaire Simonetta Sommaruga ont répondu au public lundi soir à Lucerne. Il s'agissait de la première de quatre auditions prévues cette semaine.

Les candidates du PS au Conseil fédéral Eva Herzog, Evi Allemann et Elisabeth Baume-Schneider ont débattu lundi soir au Neubad, l'ancienne piscine couverte de la ville de Lucerne.
Les candidates du PS au Conseil fédéral Eva Herzog, Evi Allemann et Elisabeth Baume-Schneider ont débattu lundi soir au Neubad, l'ancienne piscine couverte de la ville de Lucerne.
ATS

we, ats

21.11.2022 - 21:44

Les trois tables rondes au milieu du Neubad, l'ancienne piscine municipale, étaient occupées par les trois femmes qui se sont officiellement portées candidates à la succession de Sommaruga jusqu'au délai fixé lundi à midi: la conseillère aux Etats de Bâle-Ville Eva Herzog, la conseillère d'Etat bernoise Evi Allemann et la conseillère aux Etats jurassienne Elisabeth Baume-Schneider.

Le coprésident du PS Cédric Wermuth a ouvert la soirée en faisant l'éloge des trois «excellentes candidatures». Selon lui, le PS est en mesure de présenter à l'Assemblée fédérale le ticket le plus compétent pour le Conseil fédéral. La soirée a été animée par David Roth, vice-président du PS et président du parti cantonal lucernois, en présence de près de 200 spectateurs et de nombreux journalistes.

Interrogées sur un éventuel hobby extravagant – un brevet de pilote? a demandé l'animateur – aucune des trois candidates n'a pu surprendre l'assistance: «Cuisiner, lire, jardiner», a par exemple répondu Elisabeth Baume-Schneider.

Climat, égalité, UE

Les trois femmes étaient d'accord pour dire qu'on ne peut rien reprocher à la conseillère fédérale sortante sur les questions climatiques. Si elle devait succéder à Mme Sommaruga, la candidate jurassienne entend montrer qu'on ne peut plus compter sur l'étranger pour les questions énergétiques, a-t-elle déclaré. Quant à Mme Herzog, elle estime qu'on sait en fait ce qu'il faut faire, mais «il s'agit maintenant surtout d'aller vite».

Concernant l'égalité, Evi Allemann estime qu'il reste un «long chemin» à faire, surtout pour les salaires. La Bernoise entend créer l'adhésion à toutes les questions purement monétaires.

Eva Herzog a plaidé pour les quotas, estimant que les choses vont «trop lentement». Elle dit s'engager pour l'indépendance des femmes à tous les niveaux. Il faut notamment développer des structures d'accueil de jour abordables ou l'imposition individuelle.

Une spectatrice a demandé aux trois femmes ce dont elles auraient le plus de respect en tant que conseillères fédérales. «Les conséquences de décisions prises», a répondu Eva Herzog. «La responsabilité», a dit Evi Allemann. Et Elisabeth Baume-Schneider: «La démocratie et le fédéralisme».

Concernant les relations avec l'UE, il ne sert à rien d'être une île en Europe, estime la Jurassienne. Une solution rapide est nécessaire, surtout pour les hautes écoles et la recherche, a-t-elle ajouté. La candidate bâloise partage cet avis. Et selon la Bernoise, il n'y a rien d'autre que de continuer à travailler «avec urgence sur les questions institutionnelles».

Faire connaissance

Avec les quatre auditions publiques que le PS organise pour la première fois sous cette forme, le parti veut donner à ses membres et à la population la possibilité de faire connaissance avec les candidates au Conseil fédéral.

Les auditions s'enchaînent: mardi, les trois politiciennes se présentent à Lausanne, mercredi à Zurich et jeudi à Liestal. Vendredi, le conseil du PS donnera sa recommandation. Samedi, le groupe parlementaire établira le ticket officiel. L'élection se fera le 7 décembre.

we, ats