Les Etats-Unis prêts pour le coronavirus

ATS

27.2.2020 - 06:47

M. Trump a notamment déclaré qu'il était prêt à consacrer une enveloppe «appropriée» dans la lutte contre l'épidémie de coronavirus.
Source: Keystone/AP/EVAN VUCCI

Le président Donald Trump a insisté sur le fait qu'une large propagation du nouveau coronavirus aux Etats-Unis, plutôt épargnés jusqu'ici avec 15 cas détectés, n'était «pas inévitable». Mais le pays est prêt à répondre à l'épidémie à «une échelle bien plus grande».

«Il y a une chance que ça s'empire. Une chance que ça s'empire de façon significative», a-t-il reconnu lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche mercredi soir. «Mais rien n'est inévitable», a insisté le milliardaire républicain.

«Les hôpitaux de certains Etats libèrent des chambres et construisent des espaces de mise en quarantaine», a-t-il expliqué. Les Etats-Unis ont «commandé» de nombreux masques de protection «au cas où». Le président américain a ajouté qu'il déciderait «en temps voulu» de nouvelles restrictions depuis et vers les zones infectées.

Le risque de propagation du coronavirus aux Etats-Unis pourrait «évoluer rapidement», avait mis en garde plus tôt à ses côtés le ministre américain de la Santé Alex Azar. Il a dit s'attendre «à voir davantage de cas aux Etats-Unis».

Financement «approprié»

Donald Trump a par ailleurs désigné son vice-président, Mike Pence, pour coordonner la lutte contre le virus. Il a précisé que le vice-président travaillerait avec «les professionnels et médecins» sur le sujet. Selon lui, M. Pence est un «expert» pour avoir dirigé en 2014 la lutte face un autre coronavirus, le MERS, lorsqu'il était gouverneur de l'Indiana.

M. Trump a également déclaré qu'il était prêt à consacrer une enveloppe «appropriée» dans la lutte contre l'épidémie. La Maison Blanche a demandé au Congrès un financement de 2,5 milliards de dollars, mais les démocrates estiment qu'il faudrait beaucoup plus.

Le milliardaire républicain en a profité pour fustiger la cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, qui «tente de créer la panique» en demandant une somme si importante «alors qu'il n'y a pas de raison de paniquer». Mme Pelosi avait estimé mercredi matin que le plan Trump était «honteux, maigre (et) anémique» face à l'épidémie.

Confiance en la bourse

«Je pense que la Bourse va se reprendre, l'économie est très forte», a assuré devant la presse le président, qui a fait des performances économiques des Etats-Unis le principal argument de sa campagne de réélection.

Le Centre de contrôle et de prévention des maladies américains (CDC) a annoncé mercredi soir un premier cas «d'exposition inconnue» parmi les 15 malades sur le territoire. Traitée en Californie, cette personne n'a ni voyagé dans les zones à risques ni été en contact avec un autre malade.

Le département d'Etat a également appelé les voyageurs américains à reconsidérer leurs projets de voyage en Corée du Sud. Ce pays est le foyer de contagion le plus important hors de Chine continentale.

Retour à la page d'accueil