L'heure de vérité Les Français commencent à voter pour un second tour historique

ATS

7.7.2024 - 08:53

Les Français ont commencé à voter dimanche pour le second tour des législatives, un scrutin historique dont le RN pourrait sortir vainqueur, avec une grande incertitude toutefois sur sa capacité à obtenir la majorité absolue à l'Assemblée.

La France est déchirée au moment du 2e tour des législatives, avec Jordan Bardella/RN (sur l'affiche) qui polarise.
La France est déchirée au moment du 2e tour des législatives, avec Jordan Bardella/RN (sur l'affiche) qui polarise.
ATS

7.7.2024 - 08:53

Les électeurs peuvent se rendre aux urnes jusqu'à 18h00 ou 20h00 dans les grandes villes, heure à laquelle se dessineront les premiers résultats.

La mobilisation s'annonce toujours forte avec une participation attendue au même niveau qu'au premier tour où elle avait atteint 66,7%, du jamais-vu depuis la précédente dissolution en 1997.

Dimanche dernier, les Français ont placé le Rassemblement national (RN) – et ses alliés issus de LR – largement en tête (33%), devant l'alliance de gauche Nouveau Front populaire (NFP, 28%), et le camp présidentiel Ensemble (20%).

A l'échelle du pays, rarement des élections législatives auront déchaîné autant les passions, suscité l'anxiété des uns ou l'espoir de ceux qui, en votant pour le parti de Marine Le Pen, veulent donner à sa famille politique la possibilité de gouverner.

Un gouvernement issu de l'extrême droite en France serait une première depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Nombreux désistements

Mais la campagne de l'entre deux-tours a été marquée par le désistement de très nombreux candidats du camp macroniste et du NFP, au nom d'un «front républicain» revigoré par la perspective d'une nomination du président du RN Jordan Bardella, 28 ans, à Matignon.

Au total 130 candidats NFP et 80 Ensemble se sont retirés, faisant passer le nombre de triangulaires de 306 à 89.

Conséquence de ces retraits, la perspective d'une majorité absolue pour le RN semble s'éloigner.

Quelques heures avant la fin de la campagne électorale vendredi à minuit et le début d'une période de réserve, plusieurs sondages semblaient montrer un resserrement entre les trois blocs (RN/NFP/Ensemble).

Encore faut-il noter la fragilité de ces prévisions avec, comme le soulignait le président délégué d'Ipsos Brice Teinturier vendredi, une «cinquantaine de circonscriptions qui se joue dans un mouchoir de poche».

Marine Le Pen juge, elle, «sérieuses» les chances du RN «d'avoir une majorité absolue à l'Assemblée», estimant que les projections en sièges «ne sont pas une science exacte».

«Au pied du mur»

Si tel n'était pas le cas, s'ouvrirait après des élections éprouvantes pour les partis et le pays une période d'incertitude et d'intenses tractations.

Le Rassemblement national en situation de majorité relative parviendra-t-il à rallier les voix lui manquant pour constituer une majorité absolue?

A l'inverse, les autres partis réussiront-ils à constituer une majorité alternative, comme l'ont appelé de leurs voeux plusieurs ténors de la majorité?

Dans cette hypothèse, «chacun sera quelque part au pied du mur pour avancer au service de nos concitoyens» au-delà des «clivages», a affirmé le Premier ministre Gabriel Attal, en écartant la possibilité de gouverner avec le RN ou LFI, qui ne le souhaitent de toute façon pas.

La droite ne semble pour l'instant guère encline à entrer dans une construction de ce type. «Il est hors de question de faire quelque coalition que ce soit avec qui que ce soit», a déclaré mercredi à l'AFP l'ancien président du groupe LR à l'Assemblée, Olivier Marleix.

Ecologistes et socialistes semblent encore indécis. Marine Tondelier (EELV) estime qu'il «faudra sûrement faire des choses que personne n'a jamais faites auparavant dans ce pays» en l'absence de majorité claire.

Mais, pour le patron du PS Olivier Faure, le prochain gouvernement «ne sera pas en mesure de s'imposer», ce qui contraindra de chercher des majorités «texte par texte».

Retrouvant par la grâce du front républicain son statut de meilleur opposant au «système», le RN a dénoncé par avance des «magouilles» destinées à le priver du pouvoir.

30'000 policiers

Reste encore l'hypothèse d'un gouvernement technique, comme celui qui avait sauvé l'Italie de la crise de la dette en 2011.

Gabriel Attal s'est en tout cas déclaré disponible pour assurer la continuité de l'Etat «aussi longtemps que nécessaire», c'est-à-dire expédier les affaires courantes en attendant la formation d'un nouveau gouvernement. La question se pose d'autant plus que Paris accueillera les Jeux Olympiques du 26 juillet au 11 août.

«Je pense que nous allons dans une situation (...) qui reste instable, inédite, historique et extraordinairement difficile», a craint M. Teinturier.

La fin de campagne, dans un climat de grande tension, a été marquée par des agressions et violences envers des candidats ou militants.

Face à d'éventuels débordements dimanche soir, 30'000 policiers seront mobilisés, dont 5000 à Paris.

ATS