Ennemis d'hier, amis d'aujourd'hui «Pas de plan B»: les républicains se rassemblent autour de Trump

Mary Clare Jalonick, AP

17.6.2024 - 07:39

Après la prise du Capitole le 6 janvier 2021, de nombreux républicains du Sénat en ont eu assez de Trump. Aujourd'hui, ils veulent le voir revenir à la Maison Blanche. Comment cela s'explique-t-il?

Le 6 janvier 2021, Trump appelle ses partisans* à rentrer chez eux.
Le 6 janvier 2021, Trump appelle ses partisans* à rentrer chez eux.
KEYSTONE

Mary Clare Jalonick, AP

17.6.2024 - 07:39

Il y a trois ans, Donald Trump n'avait plus que quelques amis au Sénat américain. Le chef des républicains, Mitch McConnell, avait alors déclaré dans un discours spectaculaire que Trump était «pratiquement et moralement responsable» de la prise du Capitole le 6 janvier 2021. Il aurait proféré des «fausses vérités sauvages» sur la fraude électorale et aurait tenté de renverser sa défaite électorale.

Et après que la Chambre des représentants a lancé une procédure de destitution contre Trump dans le cadre de la fronde, sept républicains se sont rangés du côté des démocrates au Sénat et l'ont déclaré coupable. Trump a finalement été acquitté, mais plusieurs membres républicains du Sénat ont pris leurs distances avec l'ex-président. Beaucoup étaient convaincus que son avenir politique était terminé.

Mais il ne l'était pas: Trump est désormais le probable candidat principal du Parti républicain aux élections de novembre, il se présentera à nouveau contre Joe Biden. Le 13 juin, il est retourné au Capitole pour rencontrer des républicains - et a reçu un soutien enthousiaste quasi unanime au sein du groupe parlementaire du Sénat, y compris de la part de certains qui l'avaient vivement critiqué pour son action après l'élection de 2020.

McConnell lui a serré la main à plusieurs reprises et lui a donné un fistbump. Le mécontentement de l'époque, les souvenirs de la violence de la fin de la présidence de Trump semblaient s'être totalement estompés.

Assez, c'est assez

«Je pense que c'est dans le rétroviseur pour la plupart des gens», a déclaré le sénateur Lindsey Graham de Caroline du Sud à propos des événements entourant l'élection de 2020. «Il y aura toujours des tensions. Mais je pense que la plupart des républicains voient Trump comme le seul moyen de sortir le pays de la crise. Et ils sont ravis de cette opportunité», poursuit Graham.

Le sénateur Lindsey Graham en février 2021 : Trump comme seul moyen de sortir de la crise.
Le sénateur Lindsey Graham en février 2021 : Trump comme seul moyen de sortir de la crise.
KEYSTONE

C'est le même sénateur qui avait déclaré quelques heures après l'assaut du Capitole, marqué par de violentes attaques de partisans de Trump : «Sans moi ! Trop c'est trop». Cette unité désormais presque sans faille fait suite à des années de hauts et de bas. Les membres républicains du Sénat n'ont jamais - à quelques exceptions près - soutenu Trump avec autant de constance et de zèle que leurs collègues de la Chambre des représentants.

Mais maintenant qu'il est de retour dans la course, ils le soutiennent avec plus d'enthousiasme que jamais. Et ce soutien assidu est en partie lié à l'intérêt personnel. Les républicains ont une bonne chance de remporter la majorité au Sénat lors des élections législatives simultanées de novembre, et ils savent que le soutien de Trump est une clé pour arracher le contrôle de la Chambre aux démocrates.

«Une équipe, une vision»

C'est particulièrement vrai dans les États républicains stables comme l'Ohio et le Montana, où les titulaires démocrates ont du mal à se faire réélire. C'est pourquoi on parle déjà dans les rangs républicains de tout ce que l'on fera si Trump gagne et si, en outre, les deux chambres du Congrès sont contrôlées par les républicains.

Les fans de Trump prennent d'assaut le Capitole le 6 janvier 2021.
Les fans de Trump prennent d'assaut le Capitole le 6 janvier 2021.
KEYSTONE

Le président de la Chambre des représentants, dominée par les conservateurs, le républicain Mike Johnson, a récemment participé à un déjeuner du groupe parlementaire du Sénat pour discuter, entre autres, de la possibilité de nouvelles lois fiscales en cas de triple victoire en novembre - Maison Blanche, Chambre des représentants et Sénat.

«Notre capacité à obtenir une majorité au Sénat est essentiellement liée à la victoire de Trump», a déclaré le sénateur républicain Thom Tillis de Caroline du Nord après la rencontre avec Johnson. Et c'est ainsi que s'applique pour ainsi dire la devise «une équipe, une vision».

«Il n'y a pas de plan B»

Son collègue texan John Cornyn, qui brigue la succession de McConnell à la tête du groupe parlementaire si ce dernier quitte son poste après les élections de novembre, parle d'un «choix binaire» entre Trump et Biden pour le parti.

John Cornyn veut rassembler son parti autour de Donald Trump.
John Cornyn veut rassembler son parti autour de Donald Trump.
KEYSTONE

«Il n'y a pas de plan B», a déclaré le même sénateur qui avait qualifié Trump de «grossièrement négligent» après le 6 janvier 2021. «Je pense que les gens connaissent les forces et les faiblesses des deux candidats. Et à mes yeux, Trump est clairement préférable». En outre, «son soutien sera important dans un grand nombre de ces Etats où il est très populaire, où nous avons des courses au Sénat».

Les élections au Congrès ont lieu tous les deux ans et portent toujours sur l'ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants et sur un tiers des 100 mandats du Sénat. Si les conservateurs sont plus unis que jamais derrière Trump dans la petite chambre, c'est aussi parce que plusieurs alliés de l'ex-président y sont entrés au cours des dernières années.

«Nous devons nous rassembler autour de @realdonaldtrump».

Et les accusations portées contre lui dans plusieurs affaires judiciaires sont largement considérées comme politiquement motivées au sein du parti - cela aussi a uni. Alors que jusqu'au début de l'année, la plupart des membres du groupe parlementaire républicain s'étaient rangés derrière sa nouvelle candidature, y compris McConnell et Cornyn, il jouissait pour ainsi dire d'une vague de soutien dans le camp conservateur du Sénat au moment de son verdict de culpabilité dans le procès de l'argent du silence à New York en mai.

«Maintenant plus que jamais, nous devons nous rassembler autour de @realdonaldtrump, reprendre la Maison Blanche et le Sénat et remettre notre pays sur les rails», a déclaré Cornyn sur la plateforme X en utilisant le nom de compte de Trump.

Dans ce contexte, la rhétorique de Trump a globalement peu changé, même s'il a adopté un ton plus positif lors de la réunion du Sénat la semaine dernière et a même fait l'éloge de McConnell à un moment donné. Il continue d'affirmer que sa victoire électorale de 2020 lui a été volée, qualifie d'«otages» les émeutiers du Capitole emprisonnés pour leur violence et affirme qu'il les graciera en cas de victoire.

Mais trop n'est pas assez pour la plupart des républicains au Sénat, à quelques exceptions près. Parmi elles, Lisa Murkowski de l'Alaska et Susan Collins du Maine. Elles n'ont pas assisté à la rencontre avec Trump.

Donald Trump, reconnu coupable, dénonce un procès

Donald Trump, reconnu coupable, dénonce un procès "truqué"

L'ancien président Donald Trump assure que le "vrai verdict" sera rendu le 5 novembre, le jour de l'élection présidentielle, après qu'un jury new-yorkais l'a reconnu coupable de tous les chefs d'accusation.

31.05.2024

Mary Clare Jalonick, AP