UICN

UICN : Pour les lions et les guépards, une «liste rouge» pas si protectrice

ATS

3.9.2021 - 08:39

ATS

3.9.2021 - 08:39

La «liste rouge» des espèces menacées de l'Union internationale pour la conservation de la nature fait autorité dans le monde. Elle ne reflète toutefois pas forcément la vulnérabilité réelle de certains animaux, comme les grands fauves d'Afrique, selon certains experts.

epa03136555 (10/44) Cheetas sit on the bump to rest as they search for a prey in the Maasai Mara National Reserve in southwestern Kenya, 13 February 2012. Flourished with flora and fauna, Kenya has over 1,000 species of birds, 261 mammals, and 6,500 species of plants. Wildlife plays a major role in Kenya's socioeconomic development, serving as one of the major drawing cards for the tourism which is Kenya's largest source of foreign currency revenue. However, the human-wildlife conflict has been a serious obstacle to wildlife conservation in Kenya. Some parks and their ecosystems were hit hard by the recent prolonged drought which resulted in massive deaths of herbivorous animals such as zebras, elephants and buffaloes. This in turn created a shortage of food for carnivores such as lions and hyenas. Kenya is tasked with a hard and indispensable mission- conserving the wildlife which is of immeasurable socioeconomic value to the country, but also of cultural and aesthetic value not only to Kenya itself but to the rest of the world. EPA/DAI KUROKAWA PLEASE SEE ADVISORY epa03136545 FOR FULL FEATURE TEXT
Prédateurs emblématiques de la savane africaine, lions et guépards ont été chacun reconduits en 2014 comme «vulnérable», la plus basse des trois catégories d'espèces «menacées».
KEYSTONE

Un des temps forts du congrès mondial de l'UICN, qui se réunit à partir de vendredi à Marseille, est la mise à jour de cette fameuse liste, qui classe les espèces en danger en sept catégories, de «préoccupation mineure» au définitif «éteinte».

Elle répertoriait dans sa dernière version 138'374 espèces, dont 38'543 menacées d'extinction. Or la place d'une espèce sur la liste peut avoir d'importantes conséquences en termes de mesures de protection comme de financements.

Limaces et éléphants

Prédateurs emblématiques de la savane africaine, lions et guépards ont été chacun reconduits en 2014 comme «vulnérable», la plus basse des trois catégories d'espèces «menacées». Classement qui ne devrait pas être réévalué à Marseille.

«Mais ne vous y trompez pas. Vulnérable signifie bien qu'une espèce est menacée,» insiste Sarah Durant de l'institut de zoologie de Londres et membre du groupe spécialisé de l'UICN sur les félins. «Mais je pense que les guépards devraient être classés 'en danger'», niveau directement supérieur.

Avec d'autres spécialistes, elle a co-signé une étude en ce sens, argumentant que cette catégorisation, basée sur des critères identiques pour toutes les espèces, ne prend pas assez en compte les spécificités de certaines d'entre elles.

«La liste rouge couvre un spectre allant des limaces de mer aux éléphants, beaucoup de nuances ne sont pas prises en compte», résume-t-elle.

«Déclin catastrophique»

Ainsi, la population totale de guépards est estimée avoir baissé de quelque 30% en 15 ans, soit trois générations pour ces animaux, pour s'établir à quelque 7000 individus. Une chute impressionnante, mais loin du seuil de 50% fixé pour un passage à la catégorie «en danger».

Sans compter que ces chiffres sont sans doute sous-estimés, selon la spécialiste. Le comptage se fait très majoritairement dans des espaces protégés, parcs naturels ou réserves. Mais la majorité de ces félins solitaires est estimée vivre dans des zones non surveillées, où les territoires sont de plus en plus fragmentés et où les félins sont confrontés à l'activité humaine et à la baisse du nombre de leurs proies.

Conséquence, «nous mesurons le déclin de la population dans les zones où les félins se portent en fait le mieux», souligne le professeur Durant. Sur le long terme, le tableau est encore pire: la population totale de guépards a chuté de 90% et le félin le plus rapide au monde n'occupe plus que 10% des territoires où il était présent, de l'Afrique à l'Asie centrale. «Un déclin catastrophique» pour la zoologue.

«Moins que prévu»

La situation des lions n'est pas beaucoup plus reluisante, même si leur population globale est estimée à plus de 20'000 individus, selon Paul Funston, directeur du programme Lion à l'ONG Panthera. Un recensement en 2014 a calculé que ce chiffre avait chuté de 43% en 21 ans, soit trois générations pour le «roi de la savane». A quelques points du seuil de classement «en danger».

Les compter n'est pas beaucoup plus aisé que les guépards, même s'ils vivent en groupe et quasi exclusivement dans des zones protégées. Et «à chaque fois qu'on observe dans le détail, on en trouve moins que prévu,» explique Paul Funston à l'AFP.

Ainsi dans le sud de l'Angola, où il a mené en 2017 une étude dans deux parcs nationaux dont la population de lions a été estimée autour d'un millier par les autorités. «En fait, ils étaient si peu nombreux qu'on ne pouvait donner une estimation scientifiquement valable. On a conclu qu'il en restait entre une dizaine et une trentaine».

Principale cause de cet effondrement: le braconnage, des lions eux-même ou de leurs proies.

Critères «solides»

Quand on lui demande si le lion aurait quand-même dû être classé «en danger» en 2014, l'expert soupire. «Ce processus est si frustrant. Le nombre de lions a chuté de façon catastrophique avant l'établissement de la première liste rouge (en 1964), dont le chiffre est pourtant devenu le mètre étalon».

Mais Craig Hilton-Taylor, directeur du département Liste Rouge de l'UICN, défend le processus. «La liste prend tous ces points en compte. Les critères sont solides», explique-t-il lors d'un entretien en visio.

Concernant les lions, il reconnait que les – relativement bons – chiffres des pays d'Afrique australe ont pu faire pencher la balance contre un changement de catégorie. «Je pense qu'avec les tendances actuelles, si les experts refaisaient l'évaluation en se projetant vers l'avenir plutôt qu'en prenant juste en compte le passé, ils pourraient franchir ce seuil».

ATS