Fortement critiqué

Londres prévoit d'expulser les premiers migrants au Rwanda mi-juin

ATS

31.5.2022 - 22:08

Le gouvernement britannique a commencé à informer des migrants arrivés illégalement sur son sol qu'ils seront envoyés au Rwanda et prévoit un premier vol le 14 juin malgré les risques de recours, a annoncé mardi le ministère de l'Intérieur.

British Prime Minister Boris Johnson looks at a drone for surveillance and rescue of migrants, as he meets crews and technical staff, at Lydd Airport, south east England, Thursday, April 14, 2022. Britain says it has struck a deal with Rwanda to send some asylum-seekers to the central African country, a proposal that has been condemned by opposition politicians and refugee groups. (AP Photo/Matt Dunham, Pool)
Boris Johnson admirant un drone de surveillance des migrants, le 14 avril 2022. 
KEYSTONE/AP Photo/Matt Dunham

ATS

31.5.2022 - 22:08

Dès l'annonce de ce plan hautement controversé mi-avril, le Premier ministre Boris Johnson – attendu à Kigali fin juin pour le sommet du Commonwealth – avait anticipé des actions en justice de la part de groupes de défense des droits humains.

«Si nous savons que des tentatives auront lieu pour contrecarrer le processus et retarder les expulsions, je ne me laisserai pas dissuader et resterai pleinement engagée à mettre en oeuvre ce qu'attend le public britannique», a déclaré la ministre britannique de l'Intérieur Priti Patel.

Elle a salué une «nouvelle étape» vers la mise en oeuvre du partenariat avec le Rwanda dans le cadre de la stratégie du gouvernement pour réformer le «système d'asile cassé et briser le business-model maléfique des passeurs».

Installations permanentes

Les personnes expulsés vers le Rwanda pourront «y refaire leur vie en toute sécurité», affirme le communiqué.

Visant à dissuader les traversées clandestines de la Manche en pleine augmentation, l'accord permettant au Royaume-Uni d'envoyer des migrants et des demandeurs d'asile au Rwanda a suscité de vives critiques de groupes de défense des droits humains, de personnalités de l'opposition dans les deux pays et même des Nations unies.

En vertu de cet accord, Londres financera dans un premier temps le dispositif à hauteur de 120 millions de livres (141 millions d'euros). Le gouvernement rwandais a précisé qu'il proposerait aux migrants la possibilité «de s'installer de manière permanente au Rwanda s'ils le souhaitent».

ATS