«Pantin de Poutine»

Loukachenko sous pression dans la guerre en Ukraine

Ulf Mauder, dpa

8.8.2022

Deux ans après les manifestations de masse en Biélorussie, la raison pour laquelle le chef du Kremlin Vladimir Poutine a soutenu le dirigeant Alexandre Loukachenko semble, au moins en partie, un peu plus claire: il avait besoin de lui pour sa guerre contre l'Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine (à gauche) serre la main du président biélorusse Alexandre Loukachenko lors de leur rencontre au palais Konstantinovsky à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 25 juin 2022.
Le président russe Vladimir Poutine (à gauche) serre la main du président biélorusse Alexandre Loukachenko lors de leur rencontre au palais Konstantinovsky à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 25 juin 2022.
KEYSTONE

Ulf Mauder, dpa

8.8.2022

Deux ans après les élections présidentielles contestées en Biélorussie, la dissidente Svetlana Tikhanovskaïa n'abandonne pas la bataille contre Alexandre Loukachenko, qualifié de «dernier dictateur d'Europe».

Si l'homme de 67 ans se maintient au pouvoir après plus d'un quart de siècle, c'est avant tout grâce à Vladimir Poutine. Du point de vue de Tikhanovskaïa, c'est pour cette raison qu'il sert toujours de soutien dans la guerre de Poutine contre l'Ukraine. «Loukachenko est un collaborateur», déclare-t-elle à l'agence Deutsche Presse depuis son exil en Lituanie, pays membre de l'UE.

Cette femme de 39 ans, visée par un avis de recherche de Lukashenko en tant qu'«extrémiste», est considérée par de nombreuses personnes comme la gagnante des élections du 9 août 2020. Aujourd'hui, elle voit la guerre en Ukraine comme une fatalité pour son pays. «Il a entraîné la Biélorussie dans cette guerre et pour que la Russie le maintienne au pouvoir, il fait désormais tout ce qu'on lui demande», explique-t-elle.

Tikhanovskaïa est devenue l'été dernier l'héroïne de la révolution contre Loukachenko. Lors des manifestations de masse à Minsk, des centaines de milliers de personnes se sont soulevées contre le chef d'Etat jusqu'à ce qu'il mette un terme au mouvement par la force brute - avec la bénédiction de Poutine. 

«Loukachenko est un collaborateur», dénonce Svetlana Tikhanovskaïa.
«Loukachenko est un collaborateur», dénonce Svetlana Tikhanovskaïa.
KEYSTONE

Pas de fin à la répression

Des centaines de personnes sont emprisonnées pour des raisons politiques au Belarus. Sans oublier les morts et les milliers de blessés. Des dizaines de milliers de personnes ont pris la fuite. Les organisations non gouvernementales et de défense des droits de l'homme, et même les syndicats, sont interdits. «La répression se poursuit», déclare Tikhanovskaïa.

Certes, en raison de la guerre dans l'Ukraine voisine, l'attention internationale portée à Loukachenko est désormais moindre. «Mais nous avons mis en place des structures pour frapper au moment décisif de la faiblesse du régime», affirme l'activiste.

Tikhanovskaïa considère que les opposants à Loukachenko sont aujourd'hui mieux préparés pour mener les protestations en Biélorussie si une nouvelle occasion se présente. «En 2020, il n'y avait pas de structure». Mais toute résistance est aussi une résistance à la Russie. «Loukachenko est sous le contrôle total du Kremlin», explique-t-elle.

Il est aujourd'hui évident que le Kremlin avait probablement déjà des plans de guerre pour l'Ukraine à l'époque et qu'il a donc laissé Loukachenko au pouvoir. «On sait désormais à quoi Loukachenko tenait. Il a cédé le territoire biélorusse pour que les forces russes puissent attaquer l'Ukraine depuis ce territoire». Pour preuve, dimanche dernier encore, l'état-major ukrainien a indiqué que la Russie continuait de transférer des soldats et des équipements militaires sur le territoire biélorusse.

La crainte de l'annexion persiste

Le politologue Valeri Karbelevitch, lui aussi réfugié à l'étranger, fait remarquer que l'armée russe utilise les bases en Biélorussie pour attaquer l'Ukraine sans base contractuelle. Les Russes se comportent comme s'il s'agissait de leur pays, estime Karbelewitsch.

Récemment, des représentants russes ont reçu dans la ville biélorusse de Brest le leader séparatiste moscovite Denis Pouchiline de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine. Il y a déclaré sans être contredit qu'il était temps de récupérer des villes «russes».

Les craintes de voir la Biélorussie perdre son indépendance et être finalement absorbée par la Russie existent depuis longtemps. Mais Karbelevitch observe également que Loukachenko semble s'offusquer d'être considéré comme un «pantin de Poutine».

Après ses nombreuses visites au chef du Kremlin, à qui il demande souvent de l'argent, le dirigeant a souligné que la Biélorussie et la Russie étaient «deux Etats souverains». Karbelevitch considère comme un signe de la diminution du pouvoir de Loukachenko le fait que celui-ci doive rappeler qui est le maître dans la maison. «Si cela continue, l'élite commencera à penser que le tsar n'est pas réel». Le système pourrait ainsi s'effondrer sur lui-même.

La manière dont Loukachenko continuera à se comporter dans la guerre est également considérée comme décisive pour sa survie politique. Karbelevitch et Tikhanovskaya estiment qu'une participation totale pourrait accélérer sa fin.

«Tant les opposants que les partisans de Loukachenko sont contre la guerre. Et c'est la différence majeure entre la Biélorussie et la Russie, où la guerre est soutenue par la majorité absolue de la population», explique Karbelewitsch. Seuls huit pour cent des habitants de Biélorussie pourraient envisager une participation de leur pays à la guerre.

Forte résistance attendue

Il n'y a pas de sentiment anti-ukrainien en Biélorussie, souligne Tikhanovskaïa. Malgré les attentes élevées du Kremlin, Loukachenko n'a pas réussi jusqu'à présent à mettre le pays sur la voie de la guerre. Elle s'attend à une forte résistance contre une éventuelle participation totale de son pays à la guerre d'agression de la Russie en Ukraine.

Dès le début de la guerre, il y a eu des actes de sabotage contre les voies d'approvisionnement. «Des partisans du rail ont ralenti le transport militaire ; et des informations ont été données aux forces armées ukrainiennes sur les bases d'où ont été tirés des missiles russes». L'opposition en exil s'attend plutôt à ce que Loukachenko accentue la pression sur les dissidents afin de démontrer son pouvoir.

Tikhanovskaïa en appelle donc à l'Occident pour qu'il maintienne la pression sur le régime de Loukachenko. «Les sanctions sont efficaces», dit l'opposante. L'objectif est aujourd'hui de «vider le régime de Loukachenko de sa substance».

«Nous attendons une fenêtre historique, ajoute-t-elle. Il y a des plans d'action pour mettre alors immédiatement en œuvre des réformes - également avec l'aide de représentants de l'appareil de sécurité et de la fonction publique qui sont passés de notre côté».

Pour cela, l'opposition compte également sur l'aide de l'Union européenne. Malgré la forte dépendance économique vis-à-vis de la Russie, Tikhanovskaïa s'attend à ce que la Biélorussie puisse conserver son autonomie en tant que pays. «Mais il y a une dynamique. Et personne ne peut dire ce qui va se passer».