«Totalement injuste» Le gouvernement veut supprimer un jour férié, les Danois en colère

ATS

5.2.2023 - 23:22

Des dizaines de milliers de Danois ont manifesté dimanche contre le projet du gouvernement de supprimer un jour férié afin de financer le budget de la défense, en pleine guerre en Ukraine.

Estimés entre 40'000 et 50'000 par la police et les organisateurs, les manifestants étaient venus de tout le pays à bord d'autobus.
Estimés entre 40'000 et 50'000 par la police et les organisateurs, les manifestants étaient venus de tout le pays à bord d'autobus.
KEYSTONE

ATS

5.2.2023 - 23:22

«C'est une proposition totalement injuste», a déclaré Lizette Risgaard, responsable du syndicat FH, à l'origine de la manifestation et qui compte 1,3 million d'adhérents dans ce pays de 5,9 millions d'habitants.

Estimés entre 40'000 et 50'000 par la police et les organisateurs, les manifestants étaient venus de tout le pays à bord d'autobus. Rassemblés devant le Parlement de Copenhague, ils brandissaient des pancartes clamant «Ne touchez pas à nos jours fériés» et «Dites non à la guerre».

«Attaque contre notre modèle danois»

La coalition gauche-droite de la Première ministre sociale-démocrate Mette Frederiksen, au pouvoir depuis décembre, prévoit de supprimer la fête religieuse connue sous le nom de Grande Journée de prière, observée depuis le XVIIe siècle.

Le gouvernement veut utiliser l'argent ainsi généré pour augmenter le budget de la défense jusqu'à l'objectif de l'OTAN de 2% du PIB d'ici 2030, au lieu de 2033 comme prévu précédemment. Il insiste sur le fait que l'accélération du calendrier est nécessaire en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie il y a presque un an.

Mais les syndicats assurent que faire travailler les Danois un jour supplémentaire enfreindrait les conventions salariales collectives, négociées avec le gouvernement. La décision du gouvernement «est une attaque contre notre modèle danois», a déclaré Mme Risgaard à l'AFP.

Eglise opposée

Kurt Frederiksen, 56 ans, le chef de la branche hôtellerie et restauration du syndicat 3F, a déclaré s'opposer au projet du gouvernement. «Nous ne pensons pas que de l'argent pour la guerre contribuera à faire la paix», a-t-il dit.

De son côté, Johannes Gregers Jensen, le doyen de Copenhague au sein de l'Eglise luthérienne du Danemark, dont environ 73% des Danois sont membres, a déploré le projet des autorités.

Le Danemark a une longue tradition selon laquelle les affaires de l'Eglise «sont décidées par les fidèles, et le gouvernement ne devrait pas se mêler à ça», a-t-il déclaré. «Mais il le fait (...) et c'est un énorme problème».

ATS