Marine Le Pen dévoile son slogan: «Une femme d'État pour la France»

17.12.2021

Une femme d'État pour la France": la candidate RN à l'élection présidentielle Marine Le Pen a dévoilé vendredi à Mayotte son slogan pour la campagne, soulignant la nécessité de «rétablir l'autorité de l'Etat».

French far-right National Rally leader and MEP Marine Le Pen adjusts her headphones as she attends a media conference to announce the formation of a new far-right European Parliament group at the European Parliament in Brussels, Thursday, June 13, 2019. (AP Photo/Virginia Mayo)
La candidate RN à l'élection présidentielle Marine Le Pen a dévoilé vendredi à Mayotte son slogan pour la campagne 2022.
KEYSTONE

17.12.2021

«Ce sera le slogan du mois de janvier», a-t-elle indiqué à la presse après la visite d'un commissariat à Mamoudzou, le chef-lieu du département ultra-marin.

«Une femme d'État, c'est quelqu'un qui prend la mesure du rétablissement de l'autorité de l'État», a également défini Mme Le Pen.

La candidate d'extrême droite lancera officiellement sa campagne les 15 et 16 janvier 2022 avec une «convention présidentielle» à Reims (Marne).

"Changer profondément le visage de notre pays"

«Aujourd'hui, elle a le caractère pour diriger notre pays dans la tempête et pour arrêter l'immigration qui est en train de changer profondément le visage de notre pays dans d'innombrables territoires», a fait valoir le président par intérim du RN Jordan Bardella sur BFMTV et RMC.

Il a par ailleurs dénié ce qualificatif de «femme d'État» à la candidate LR à la présidentielle Valérie Pécresse qui, selon lui, n'a pas de «différences de fond avec Emmanuel Macron».

Longtemps donnée au second tour face au président de la République sortant, Marine Le Pen a vu Valérie Pécresse passer en deuxième position dans plusieurs enquêtes d'opinion.

Et Eric Zemmour ?

Selon un dernier sondage Harris Interactive pour Challenges publié mercredi, Emmanuel Macron, pas encore officiellement candidat à sa réélection, est crédité de 24% des intentions de vote au premier tour, devant Valérie Pécresse (17%), Marine Le Pen (16%) et Eric Zemmour (15%), au coude-à-coude, dans la marge d'erreur.

Questionné sur Eric Zemmour, M. Bardella l'a accusé d'avoir repris «la quasi-totalité de ce que propose Marine Le Pen», se demandant s'il n'allait pas entraîner «la division des voix du camp national et permettre, soit au président de la République, soit à Valérie Pécresse, d'être élu.»

«La candidature d'Éric Zemmour est le meilleur allié du système», a asséné M. Bardella, appelant «tous les patriotes» à rallier Marine Le Pen.