Mise en garde contre tout hommage à l'agresseur d'un policier

ATS

4.7.2021 - 10:39

Les autorités hongkongaises ont déconseillé dimanche aux habitants de rendre hommage à l'homme qui s'est suicidé après avoir poignardé un policier, affirmant que cela revenait à «soutenir le terrorisme».

Le dépôt de fleurs en hommage à l'agresseur d'un policier est considéré par les autorités comme un acte séditieux.
ATS

ATS

4.7.2021 - 10:39

La police a qualifié l'agresseur, qui a poignardé le 1er juillet un policier avant de retourner l'arme blanche contre lui et de succomber à ses blessures, de «loup solitaire» et de personne «radicalisée» politiquement.

Hong Kong est devenue une ville profondément divisée, de nombreux habitants supportant de moins en moins l'emprise croissante de Pékin.

D'immenses et souvent violentes manifestations pro-démocratie avaient secoué durant plusieurs mois la ville en 2019. En réponse, Pékin a imposé en 2020 une loi sur la sécurité nationale pour reprendre en main le territoire et mettre fin à toute dissidence.

Action «séditieuse»

Des personnes ont tenté de rendre hommage à l'agresseur du policier en déposant des fleurs et en observant une minute de silence vendredi.

«Conseiller à la population de porter le deuil de l'agresseur n'est pas différent du fait de soutenir le terrorisme», a affirmé dans un communiqué la police, qui précise enquêter pour déterminer s'il avait été «incité» à commettre un tel acte.

Elle a prévenu que «tout acte ayant une intention séditieuse» peut faire l'objet de poursuites, des faits passibles de deux ans de prison.

Vendredi, des médias hongkongais ont publié des images montrant des fleurs blanches qui avaient été déposées par des personnes venues rendre hommage à l'agresseur jetées dans des poubelles ou saisies et embarquées dans des véhicules de police.

Excuses

En raison de la situation politique, de nombreuses sociétés redoublent de prudence afin d'éviter de susciter l'ire des autorités.

Ainsi, Vitasoy, un distributeur hongkongais de boissons, a confirmé que l'agresseur du policier était son employé, et a exprimé ses regrets après cette tragédie.

La société a cependant été rapidement contrainte de présenter ses excuses et de condamner l'attaque à la suite d'une vive réaction sur les médias sociaux en Chine continentale.

ATS