Moins de nourriture distribuée à Beni en RDC

ATS

29.11.2019 - 11:35

Le dispositif contre Ebola est affecté en raison de l'insécurité en raison de l'insécurité à Beni et dans d'autres villes (archives).
Source: KEYSTONE/EPA/HUGH KINSELLA CUNNINGHAM

Le Programme alimentaire mondial (PAM) suspend une partie de ses distributions de nourriture liées à Ebola dans la zone de Beni en raison de l'insécurité. «Des milliers de personnes ne recevront pas d'assistance», a dit vendredi à Genève un porte-parole.

Devant la presse, il a précisé que le dispositif du PAM dans la réponse au virus Ebola était en partie suspendu dans cette ville de l'Est de la République démocratique du Congo (RDC). Seuls les collaborateurs cruciaux sont restés et tenteront d'acheminer une aide s'ils le peuvent. L'agence onusienne achemine de la nourriture à des contacts de personnes infectées pour éviter qu'ils ne doivent se déplacer et contribuent ainsi à étendre l'épidémie.

Certains groupes de citoyens parmi les centaines de milliers d'habitants de la zone «sont entourés» par des forces armées, a déploré de son côté un porte-parole du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR). Les enlèvements et les attaques contre les infrastructures sont aussi en augmentation. Le HCR appelle à garantir un accès humanitaire.

De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte à nouveau sur l'impact de cette insécurité sur la réponse à Ebola. A Beni, le nombre d'alertes a diminué de 2,5, laissant penser que la population ne se déplace plus pour être prise en charge en raison des violences.

Dans une autre zone, l'OMS a été contrainte de relocaliser ses collaborateurs après le décès de quatre membres d'équipes anti-Ebola dans deux attaques armées dans la nuit de mercredi à jeudi. Elle a dû suspendre temporairement son dispositif.

Depuis une semaine, plus de 200 collaborateurs de l'ONU ont été relocalisés depuis Beni et deux autres villes. Au total, six nouveaux cas d'Ebola ont été observés entre le 20 novembre et mardi. Mais leur nombre est probablement plus important, a encore estimé l'ONU.

Retour à la page d'accueil

ATS