Climat

Moins de vaches, plus de véhicules électriques

ATS

31.1.2021 - 08:06

Moins de vaches, moins de voitures à essence mais davantage de véhicules électriques: la Nouvelle-Zélande a dévoilé dimanche les pistes devant mener l'archipel vers la neutralité carbone à l'horizon de 2050.

epa07987555 Cows roam around near a wind farm in Bungendore, Australia, 07 November 2019 (issued 11 November 2019). Australia announced on 11 November that it will soon begin testing its first offshore wind farm, off the coast of Gippsland in Victoria. The news comes after a successful experiment carried out in the first week of November, when solar, wind and hydro power combined to provide over 50 percent of the country's electricity for about 10 minutes. EPA/MICK TSIKAS AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT
Accélérer la production d'énergies renouvelables et favoriser les pratiques agricoles respectueuses du climat: ce sont deux pistes que la Nouvelle-Zélande compte explorer pour réduire les gaz à effet de serre. 
KEYSTONE

Ces suggestions font partie d'un ensemble de recommandations élaborées par la commission contre le réchauffement climatique au sujet des mesures que le pays doit prendre pour réduire radicalement ses émissions de gaz à effet de serre.

Le président de la commission Rod Carr a reconnu que ces recommandations étaient ambitieuses, tout en les jugeant réalistes. Il a rappelé que l'heure était aux actions «immédiates et décisives». «En tant que pays, nous devons adopter des changements durables qui entraînent des transformations si nous souhaitons atteindre nos objectifs», a-t-il dit.

«Quelques actions sont capitales pour atteindre ces objectifs: il faut promouvoir les véhicules électriques, accélérer la production d'énergie renouvelable, favoriser les pratiques agricoles respectueuses du climat et favoriser la reforestation permanente et essentiellement indigène.»

Pas un fardeau économique

La première ministre travailliste Jacinda Ardern a estimé que le projet de la commission, qui doit désormais faire l'objet de consultations publiques, montrait que la transformation n'était pas synonyme de fardeau économique.

«Le coût économique de l'action n'est pas aussi élevé que certains le pensaient auparavant. La réalité est que l'action contre le réchauffement climatique génère des opportunités économiques pour la Nouvelle-Zélande», a-t-elle dit.

Tourner la page des énergies fossiles impliquerait des centaines de suppressions d'emplois dans les secteurs du charbon, du pétrole ou du gaz. Mais la commission s'attend à ce que beaucoup de travailleurs soient réemployés dans «l'économie circulaire, le développement des biocarburants et de l'hydrogène, ou encore dans le développement des nouvelles technologies.»

La commission vise en 2032 la fin de l'importation des véhicules consommant des énergies fossiles et projette que plus de la moitié des trajets de véhicules légers se feront à l'électrique en 2035.

Retour à la page d'accueil

ATS