«La ville est en feu»

L'armée ukrainienne se retire de Lyssytchansk

ATS

3.7.2022 - 20:53

A la veille de la conférence de Lugano, l'armée ukrainienne a confirmé dimanche soir son retrait de Lyssytchansk. Moscou avait annoncé un peu plus tôt la prise de cette ville stratégique de l'est de l'Ukraine, affirmant contrôler désormais toute la région de Lougansk.

In this photo provided by the Luhansk region military administration, Ukrainian firefighters work to extinguish a fire at damaged residential building in Lysychansk, Luhansk region, Ukraine, early Sunday, July 3, 2022. Russian forces pounded the city of Lysychansk and its surroundings in an all-out attempt to seize the last stronghold of resistance in eastern Ukraine's Luhansk province, the governor said Saturday. A presidential adviser said its fate would be decided within the next two days. (Luhansk region military administration via AP)
Les forces russes ont pilonné la ville de Lysychansk et ses environs dans une tentative totale de s'emparer du dernier bastion de la résistance dans la province de Louhansk.
KEYSTONE

ATS

3.7.2022 - 20:53

«Afin de préserver les vies des défenseurs ukrainiens, la décision a été prise de se retirer» de la ville, a annoncé l'état-major des forces armées ukrainiennes dans un communiqué. Face à la «supériorité multiple des troupes russes (...), continuer la défense de la ville aurait eu des conséquences fatales», ajoute-t-il.

Dans la matinée, le ministère russe de la Défense avait annoncé que l'armée russe et ses alliés séparatistes avaient pris «le contrôle complet de Lyssytchansk et d'autres villes proches». Le ministre de la Défense «Sergueï Choïgou a informé (Vladimir) Poutine de la libération de la République populaire de Lougansk», l'une des deux entités séparatistes, avec celle de Donetsk.

«La ville est en feu»

Le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, avait quant à lui affirmé que Lyssytchansk «est en feu». Selon lui, l'assaut russe a été beaucoup plus violent que sur la ville jumelle de Severodonetsk, tombée fin juin.

La prise de Lyssytchansk, qui comptait 95'000 habitants avant la guerre, survient après des semaines de combats dévastateurs. Elle permet à Moscou de progresser dans son plan de conquête de l'intégralité du Donbass, bassin industriel de l'est de l'Ukraine largement russophone et en partie contrôlé par des séparatistes prorusses depuis 2014.

L'armée russe pourra ainsi avancer vers Sloviansk et Kramatorsk, deux villes majeures plus à l'ouest, touchées dimanche par des tirs de roquettes. Des frappes russes ont touché plusieurs quartiers de Sloviansk, selon le maire de cette ville de 100'000 habitants avant la guerre, qui a fait état de «six morts et 15 blessés».

«Des tirs au lance-roquettes multiple sur Sloviansk, les plus importants depuis longtemps. Il y a 15 incendies», a ajouté Vadim Liakh. Une porte-parole de la région de Donetsk a réitéré l'appel aux habitants pour qu'ils quittent la région, alors que la ligne de front n'est plus qu'à quelques kilomètres de Sloviansk.

Bombardements plus forts

Siversk, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Lyssytchansk, pourrait être la prochaine bataille. Les forces ukrainiennes semblent vouloir s'appuyer sur une ligne de défense entre cette ville et Bakhmout, afin de protéger Sloviansk et Kramatorsk, deux villes à haute valeur symbolique.

Siversk a été pilonnée dans la nuit, ont raconté dimanche à l'AFP des habitants et un responsable local. «Depuis une semaine, les bombardements sur la ville ont progressivement augmenté, surtout ces derniers jours avec de l'artillerie lourde», a déclaré à l'AFP le premier adjoint au maire, Rouslan Bondarevskiï.

A Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine, dans le nord-est, les habitants ont été réveillés une nouvelle fois à 04H00 «par des attaques de roquettes» russes, selon le gouverneur de la région, Oleg Sinegoubov, qui a également fait état de «tirs» dans la matinée sur plusieurs districts.

Missiles ukrainiens abattus

A Melitopol, une ville occupée par les forces de Moscou, l'armée ukrainienne a «mis hors service» dans la nuit de samedi à dimanche une base militaire russe, selon le maire en exil de la commune, Ivan Fedorov.

Evgueni Balitski, chef de l'administration prorusse de la région, a indiqué que des maisons situées à proximité de la base avaient été endommagées et que des obus étaient «tombés sur le territoire de l'aérodrome», tout en assurant qu'il n'y avait pas de blessés.

L'armée russe a également affirmé avoir abattu dimanche à l'aube «trois missiles (ukrainiens) Totchka-U à sous-munitions» lancés contre la ville de Belgorod, proche de la frontière avec l'Ukraine. Un responsable local avait auparavant annoncé la mort d'au moins quatre personnes après des explosions.

Depuis l'invasion russe de l'Ukraine, le 24 février, Moscou a accusé Kiev à plusieurs reprises d'avoir frappé le sol russe, en particulier dans la région de Belgorod.

«Idée absurde»

Dans un entretien accordé dimanche à la télévision allemande ARD, le chancelier Olaf Scholz a déclaré qu'une «capitulation sans condition» de l'Ukraine, comme l'exige Vladimir Poutine, ou «une paix imposée» à l'Ukraine n'était pas acceptable.

«Quand je parle avec Poutine, je lui dis toujours: 'Gardez à l'esprit que les sanctions que nous (l'Union européenne) imposons à la Russie actuellement resteront, l'idée d'une paix qui serait imposée est absurde, vous devriez plutôt concentrer vos efforts pour parvenir à un règlement juste avec l'Ukraine'», a-t-il ajouté.

Dans un message vidéo samedi soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénombré «2610» villes et villages «sous occupation russe». Mais depuis le début de la guerre, l'armée ukrainienne est «parvenue à en libérer 1027», a-t-il assuré.

Reconstruction discutée à Lugano

«Des centaines ont été complètement détruits par l'armée russe et doivent être totalement reconstruits», a-t-il ajouté. La question de la reconstruction du pays doit être au coeur de la conférence de Lugano lundi et mardi.

M. Zelensky ne sera pas physiquement présent au Tessin. Mais son premier ministre Denys Chmygal a atterri dimanche à Agno (TI), où il a été accueilli par le président de la Confédération Ignazio Cassis. Il dirige une délégation officielle de plus de 60 personnes, dont plusieurs ministres. S'ajoutent aussi une quinzaine de parlementaires.

M. Zelensky a par ailleurs rencontré dimanche le Premier ministre australien Anthony Albanese, qui a promis d'augmenter de 100 millions de dollars (sans préciser s'ils étaient australiens ou américains) son soutien militaire à l'Ukraine avec notamment la livraison de nouveaux véhicules blindés.

M. Albanese a également affirmé que Vladimir Poutine recevrait «l'accueil qu'il mérite» s'il participe au sommet du G20 en novembre à Bali, en Indonésie. Cet accueil «n'est pas celui d'un ami, de quelqu'un qui respecte l'état de droit international», a-t-il lancé.

ATS