Pfizer demande l'autorisation de son vaccin pour les 5-11 ans

ATS

19.10.2021 - 08:38

Pfizer et BioNTech ont soumis lundi une demande d'autorisation à Santé Canada pour l'utilisation de leur vaccin contre le Covid-19 chez les enfants de 5 à 11 ans, ont indiqué les laboratoires pharmaceutiques et le gouvernement canadien. Ils ont fait la même demande aux Etats-Unis un peu plus tôt dans le mois.

ATS

19.10.2021 - 08:38

A Pfizer COVID-19 vaccine is prepared at a vaccination center in Casablanca, Morocco, Monday, Oct. 18, 2021. Indicators continue to decline from the start of a third wave, for the tenth consecutive week. (AP Photo/Abdeljalil Bounhar)
La demande d'autorisation s'appuie sur des données d'essais menés sur 2268 enfants de cette tranche d'âge, pour qui le dosage a été abaissé à 10 microgrammes par injection.
KEYSTONE

«Il s'agit de la première demande que Santé Canada reçoit pour l'utilisation d'un vaccin contre le Covid-19 dans ce groupe d'âge», a précisé le ministère de la santé par communiqué.

La demande d'autorisation s'appuie sur des données d'essais menés sur 2268 enfants de cette tranche d'âge, pour qui le dosage a été abaissé à 10 microgrammes par injection (trois fois moins que la dose standard), ce qui représente, selon l'entreprise, «la dose préférable» pour les 5 à 11 ans. Ce même vaccin de Pfizer/BioNTech est approuvé au Canada pour les 12 ans et plus.

D'autres essais

Santé Canada assure qu'elle n'autorisera l'utilisation du vaccin «que si l'examen scientifique indépendant et approfondi de l'ensemble des données soumises confirme que les avantages du vaccin l'emportent sur les risques» auprès de ce groupe.

Le ministère canadien a par ailleurs indiqué que «d'autres fabricants procèdent également à des essais de leurs vaccins sur des enfants de différents groupes d'âge».

La vaccination des enfants suscite des questions à travers le monde. De nombreux pays vaccinent les adolescents à partir de 12 ans, mais très peu le font en dessous de cet âge.

Ces derniers mois, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a martelé que l'urgence était de vacciner la population des pays pauvres avant les enfants et adolescents des pays riches.

ATS