Méga concert «patriotique» Des milliers de Russes acclament Poutine dans un stade à Moscou

ATS

22.2.2023 - 18:49

Un voyage pour voir Poutine. Vladimir Ziablitski a fait le déplacement à Moscou, de sa lointaine région sibérienne, pour assister au méga concert «patriotique» organisé pour le premier anniversaire du début de la campagne militaire en Ukraine.

Des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées mercredi au stade Loujniki pour un spectacle exaltant l'armée, dénonçant le «régime ukrainien néonazi» et où l'invité surprise, mais attendu, était Vladimir Poutine.
Des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées mercredi au stade Loujniki pour un spectacle exaltant l'armée, dénonçant le «régime ukrainien néonazi» et où l'invité surprise, mais attendu, était Vladimir Poutine.
KEYSTONE

ATS

22.2.2023 - 18:49

Comme lui, des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées mercredi au stade Loujniki pour ce spectacle exaltant l'armée, dénonçant le «régime ukrainien néonazi» et où l'invité surprise, mais attendu, était Vladimir Poutine.

«Le président a vraiment besoin de notre soutien en ce moment. (...) Il va dans la bonne direction», déclare Vladimir Ziablitski, qui a spécialement quitté pour l'occasion sa région de Kémérovo, à 3000 kilomètres de la capitale.

Stade plein

«Nous sommes complètement solidaires avec lui et on veut que notre pays arrête cette guerre au plus vite. Et pour cela, il faut une mobilisation autour du leader national», assure à l'AFP cet entrepreneur de 59 ans.

Dans les travées du stade de 80'000 sièges, quasiment plus de places libres. Une belle journée d'hiver avec peu de nuages. Il fait -15 degrés celsius mais des gens sont présents avec leurs jeunes enfants en combinaison de ski.

Dans les travées du stade de 80'000 sièges, quasiment plus de places libres.
Dans les travées du stade de 80'000 sièges, quasiment plus de places libres.
KEYSTONE

Le concert commence. La foule agite des dizaines de drapeaux russes distribués gratuitement à l'entrée. Sur scène, des héros racontent leurs exploits guerriers, puis des artistes populaires, des jeunes et des anciens, enchaînent des chansons sur la guerre, tantôt romantiques, tantôt rythmées, tantôt martiales.

«C'est positif», commente Iouliana, une juriste de 47 ans. «Cette consolidation de l'unité nationale, cela rappelle la Grande guerre patriotique», du nom en Russie de la lutte contre l'Allemagne nazie, dont le culte est devenu un pilier pour le Kremlin.

«Guerre de survie»

Depuis le déclenchement de l'assaut en Ukraine, il y a un an maintenant, le gouvernement a entrepris de militariser la société, dans l'espace public, dans les écoles, via notamment l'organisation d'événements patriotiques.

Beaucoup de Russes adhérent à ce discours qui présente le conflit comme une mesure défensive, pour sauver l'unité slave et russophone, face à des autorités ukrainiennes qui seraient tombées dans les griffes des Occidentaux, selon Moscou.

«C'est une guerre de survie, une guerre visant à détruire la Russie (...). La phase décisive de cette lutte contre l'Occident a commencé», estime Ivan Tkatchev, un musicien de 47 ans accompagné de ses jeunes filles.

Pendant le spectacle, des enfants montent sur scène. Le présentateur dit que ce sont de petits Ukrainiens sauvés par un soldat russe et emmenés en sécurité en Russie au moment de la bataille de Marioupol. L'une des fillettes prend la parole et éclate en sanglots après avoir prononcé quelques mots de remerciement.

Les Russes sont accusés d'avoir enlevé des milliers d'enfants ukrainiens et de les avoir transférés en Russie. Le Kremlin assure de son côté qu'il s'agit d'adoptions légales.

Euphorie

Puis, après plus d'une heure d'attente dans un froid glacial, Vladimir Poutine arrive enfin, sous les cris de la foule. «Je t'avais bien dit qu'il viendrait!», hurle, euphorique, un homme à son épouse en la serrant dans ses bras.

«Aujourd'hui, la hiérarchie (militaire) m'a dit que des combats étaient en cours sur nos terres historiques, pour notre peuple», proclame le président. Un discours court, qui se termine par l'hymne russe et trois «Hourra!», le cri de guerre de l'armée.

Vladimir Poutine repart rapidement.

«Impressionnant, comme toujours», commente sobrement Andreï Moisseïev, un étudiant de 18 ans, au sujet du président, qu'il a vu en vrai pour la première fois.

«C'est super pour attiser l'esprit patriotique, cela nous montre la direction à prendre et on y va ensemble», poursuit le jeune homme au nez rougi par le froid. Il le jure, s'il est mobilisé pour aller combattre en Ukraine, il partira.

ATS