Quatorze Palestiniens arrêtés pour «troubles à l'ordre public»

ATS

10.6.2021 - 21:26

ATS

10.6.2021 - 21:26

Quatorze Palestiniens ont été arrêtés jeudi soir à Jérusalem pour «troubles à l'ordre public», a annoncé la police israélienne dans un communiqué. Ils s'étaient réunis pour insulter un député d'extrême droite.

Palestinians gather during a Hamas rally in Gaza City, Wednesday, June 9, 2021. Hamas militants held a rally to commemorate the members of the group who were killed in an 11-day war with Israel the month before. (AP Photo/Felipe Dana)
Manifestations de Palestiniens à Gaza
KEYSTONE

Selon des photographes de l'AFP sur place, des dizaines de Palestiniens se sont réunis devant la Porte de Damas, à l'entrée de la Vieille ville de Jérusalem, pour scander des slogans et lancer des insultes au député d'extrême droite Itamar Ben Gvir, présent sur place.

La police a évoqué quant à elle «des centaines de manifestants à la porte de Damas, certains d'entre eux ayant provoqué des troubles à l'ordre public». Le calme est revenu, a-t-elle signalé peu après.

M. Ben Gvir s'était rendu devant la Porte de Damas pour dénoncer la décision prise lundi par la police d'interdire une marche controversée de juifs nationalistes, prévue initialement jeudi à l'appel de plusieurs figures de l'extrême droite nationaliste israélienne.

Cette décision était intervenue alors que, le même jour, le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir à Gaza, avait menacé d'une nouvelle escalade si la marche était maintenue. La police avait notamment interdit à M. Ben Gvir de se rendre dans la Vieille ville pour éviter des émeutes, ce que le député avait dénoncé.

«Décider qu'un député israélien ne peut pas se promener librement dans la vielle ville de Jérusalem, c'est offrir une victoire au Hamas», a affirmé M. Ben Gvir, qui portait un drapeau israélien et était entouré de gardes du corps. La «marche des drapeaux» a été reportée au 15 juin, à condition que son tracé soit différent de celui annoncé par ses organisateurs.