Retraite politique au goût amer pour Angela Merkel

ATS

26.9.2021 - 16:03

Sortie ratée en vue pour Angela Merkel: selon toute probabilité son camp conservateur va enregistrer un score historiquement bas aux législatives de dimanche et se prépare à des lendemains difficiles.

ATS

26.9.2021 - 16:03

Armin Laschet, Christian Union parties candidate for Chancellery and Minister President of North Rhine-Westphalia, casts his ballot for the German parliament election in Aachen, Germany, Sunday, Sept. 26, 2021. German voters are choosing a new parliament in an election that will determine who succeeds Chancellor Angela Merkel after her 16 years at the helm of EuropeâÄ™s biggest economy. (Thilo Schmuelgen/Pool via AP)
Qui succédera à Angela Merkel ? 
KEYSTONE/Thilo Schmuelgen/Pool via AP

Dans les derniers sondages, la famille démocrate-chrétienne allemande, composée des partis CDU et CSU, n'était créditée que de 23% des suffrages au mieux.

Fournisseur de cinq des huit chanceliers depuis 1949, le centre-droit allemand avait jusqu'ici toujours récolté plus de 30% des suffrages. Un seuil aujourd'hui qui paraît hors de portée.

Pire même, il n'est pas exclu que les conservateurs se retrouvent pour la première fois depuis 2005 dans l'opposition.

De quoi ternir la retraite politique annoncée après 16 ans de pouvoir d'Angela Merkel.

«Débâcle historique attendue dans les urnes» pour la CDU, titre le magazine Der Spiegel, qui pointe d'abord du doigt le mauvais choix des conservateurs, qui ont désigné «le désastreux Armin Laschet» comme chef de file.

Il n'a jamais réussi à persuader l'opinion qu'il avait la carrure d'un chancelier et affiche une cote de popularité abyssale.

«La CDU ne ressemble plus au parti omnipotent qui tient d'une main de fer la chancellerie, mais plutôt à un groupe de discussions sans but, sans idées, ni solutions propres», lâche l'hebdomadaire.

Vide après Merkel

Dirigeant de la plus peuplée des régions allemandes, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest), il n'avait remporté la primaire à droite qu'aux forceps face au Bavarois Markus Söder, nettement plus populaire.

Il a vu sa cote s'éroder après les inondations meurtrières de mi-juillet, lorsqu'il a été filmé hilare pendant un discours empreint de gravité du président allemand Frank-Walter Steinmeier.

«La façon d'agir de Laschet -lors des inondations mais pas seulement- ont entraîné une perte de confiance et de réputation de la CDU. Tout à coup, elle s'est retrouvée dans une position de challenger à laquelle elle n'était pas préparée et l'a remarquée après coup», explique à l'AFP le politologue Thorsten Faas de l'Université libre de Berlin.

Il pointe aussi du doigt la responsabilité d'Angela Merkel qui n'a pas fait émerger de nouvelles personnalités derrière elle, «laissant de fait un grand vide, d'abord à la tête du parti, maintenant probablement aussi à la chancellerie».

Mais la CDU a également dû se battre contre ses propres démons, éclaboussée par des scandales qui ont conduit à la démission de deux députés et au retrait annoncé d'un troisième.

Un premier a été accusé d'avoir touché des pots de vin de la part de l'Azerbaïdjan pour faire la promotion de ce pays riche en hydrocarbures dans un journal. Deux autres ont été soupçonnés de malversations autour de l'achat de masques médicaux au début de la pandémie.

«Séisme»

S'y ajoute une perte de repères idéologiques. Durant les années Merkel, et après l'ère Helmut Kohl, la droite allemande s'est déplacée au centre, notamment sur les questions d'immigration, de société, voire même sociales.

Ses électeurs les plus conservateurs sont partis pour l'extrême droite ou le parti libéral FDP.

«Toutes les années de gouvernement ont en partie gommé la spécificité programmatique» du parti CDU, analyse le politologue Karl-Rudolf Korte de l'Université de Duisbourg.

«Il est difficile aujourd'hui, au-delà de la capacité à gérer les situations de crise qui se présentent, de savoir quelle est l'essence» du mouvement, estime-t-il, précisant que dans son domaine de prédilection, l'économie, il «a désormais du mal à se distinguer des sociaux-démocrates auprès des citoyens».

Si les conservateurs ne parviennent pas à rester au pouvoir, «ce sera synonyme de séisme interne au sein du parti», avertit le groupe de presse régional RND.

«Je ne pense pas que Laschet serait capable de tenir le coup si son camp termine loin derrière le SPD. Ses détracteurs viendront alors en force et diront: 'nous avons besoin d'un nouveau départ maintenant'», affirme le politologue Oskar Niedermayer de l'Université libre de Berlin.

Le parti pourrait alors éclater entre tenants d'une ligne économiquement plus libérale, représentée par Friedrich Merz, ou conservatrice plus traditionnelle, incarnée par le bavarois Markus Söder.

L'Allemagne en route vers l'après Merkel dans un scrutin incertain

L'Allemagne en route vers l'après Merkel dans un scrutin incertain

La succession d'Angela Merkel se joue dimanche en Allemagne où les électeurs votent aux législatives pour arbitrer un match serré entre sociaux-démocrates et conservateurs, après seize ans de pouvoir de la chancelière.

26.09.2021

ATS