Revue de presse La fille de Blocher ne veut pas fermer ses usines en Russie

clsi, ats

19.2.2023 - 08:59

Des dysfonctionnements dans un foyer pour personnes handicapées aux influences Steiner, la réaction critique du conseiller fédéral Guy Parmelin après l'évacuation du Palais fédéral et le refus de Red Bull de réduire la quantité de sucre dans ses boissons font les titres de la presse dominicale. 

Une vue sur les quatre exemplaires des journaux du dimanche, avec la Sonntags Zeitung, le Sonntags Blick, Le Matin Dimanche et la NZZ am Sonntag,
Une vue sur les quatre exemplaires des journaux du dimanche, avec la Sonntags Zeitung, le Sonntags Blick, Le Matin Dimanche et la NZZ am Sonntag,
KEYSTONE

clsi, ats

19.2.2023 - 08:59

Parmelin critique l'évacuation du Palais fédéral

Après les foudres de plusieurs parlementaires, c'est au tour du conseiller fédéral Guy Parmelin de se montrer critique sur l'évacuation du Palais fédéral. La sortie du bâtiment via un tourniquet a particulièrement dérangé le Vaudois. «Cela peut être dangereux. Dans un tel moment, une large sortie de secours doit être prévue», commente-t-il dans l'hebdomadaire NZZ am Sonntag.

L'information des personnes évacuées a également manqué aux yeux du ministre de l'économie, qui affirme ne pas avoir su ce qu'il se passait exactement pendant une vingtaine de minutes une fois qu'il avait quitté le bâtiment. L'évacuation du Palais fédéral menée mardi après-midi en raison de la présence d'un individu au comportement suspect a fait beaucoup de remous cette semaine, le dernier rebondissement en date étant l'oubli de la présidente du Conseil des Etats Brigitte Häberli-Koller (Centre/TG) révélé vendredi par le chef de la sécurité du Parlement.

La fille de Blocher ne veut pas fermer ses usines en Russie

Sur 53 entreprises suisses basées en Russie, 18 se sont complètement retirées du pays, selon une liste établie par l'université américaine Yale. Celle-ci recense 1300 entreprises et ONG dans le monde. Parmi les entreprises suisses, 14 ont temporairement suspendu leurs activités, neuf les ont considérablement réduites et huit ont joué la montre tandis que quatre n'ont rien changé depuis le début de la guerre en Ukraine, révèle la SonntagsZeitung.

La directrice d'Ems-Chemie, Magdalena Martullo-Blocher, par exemple, a maintenu deux usine en Russie. «Je ne veux pas laisser les usines à l'Etat russe», déclare-t-elle. De leur côté, des entreprises russes se sont réorientées vers la Suisse, les sanctions ayant eu pour effet de rendre plus opaque la propriété de nombreuses entreprises, selon le journal.

Dérives dans un foyer pour personnes handicapées

Des dérives sont dénoncées dans un foyer pour personnes handicapées à Savigny (VD). Pratiques de contention non annoncées, prières et accompagnements inadaptés sont reprochés à l'institution fondée par des anthroposophes suivant les approches pédagogiques de Rudolf Steiner, indique Le Matin Dimanche, qui se base sur plusieurs sources anonymes et documents internes. «Ils proposent une prise en charge uniquement anthroposophe, avec de l'eurythmie, des bains et massages selon le principe des corps chauds ou froids, mais pas de logopédie, par exemple», raconte un ancien employé qui dénonce une forme «d'errance thérapeutique».

«L'anthroposophie considère que l'esprit n'est pas malade, quels que soient les handicaps, et s'efforce de s'adresser à l'être sain en chacun», peut-on lire dans le concept de sociothérapie de l'institution subventionnée à 100% par le canton. Le directeur du foyer, Stéphane Delgrande, assure que l'institution s'efforce de s'ouvrir aux autres courants éducatifs. Les deux plus grandes structures du canton pour les enfants avec une importante déficience intellectuelle sont des institutions anthroposophes.

Red Bull refuse de réduire la teneur en sucres de ses produits

L'entreprise autrichienne de boissons énergisantes Red Bull et le fabricant de boissons sucrées Pepsico ne vont pas réduire de manière volontaire la teneur en sucres dans leurs produits. Contrairement à leurs concurrents Coca-Cola Suisse et Rivella, ils ont refusé de signé la Déclaration de Milan qui le prévoit.

La quantité actuelle de sucre dans les boissons Red Bull contribue à leur fonction, avance l'entreprise autrichienne dans le journal alémanique Sonntagszeitung. Pepsico ne s'est pas exprimé. L'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) doit examiner si ce refus compromet les objectifs fixés dans la déclaration de Milan, à savoir une réduction de la teneur en sucre de 10% d'ici 2024 par rapport à 2021.

Les crèches ne résolvent pas la pénalité maternelle

Les crèches subventionnées n'ont pas d'influence sur l'activité professionnelle des mères, selon une étude menée par le professeur d'économie zurichois Josef Zweimüller. Ce système ne résout pas la pénalité maternelle, assure-t-il dans le journal NZZ am Sonntag. Dix ans après la naissance de leur premier enfant, les femmes suisses gagnent en moyenne 60% de moins que si elles n'avaient pas eu d'enfants. Le chercheur n'a pas constaté de changements de salaires chez les pères. Au Danemark, la pénalité maternelle est de 20 à 30%. Le Conseil national doit se prononcer en mars sur les subventions pour les crèches.

Le directeur de Julius Bär économise 885'000 francs d'impôts 

Le directeur général de la banque Julius Bär, Philipp Rickebacher a économisé 885'000 francs d'impôts sur le revenu en déménageant de Bülach (ZH) à Wollerau dans le canton de Schwyz, révèle le SonntagsBlick. Le directeur du groupe spécialisé dans la chimie Sika Thomas Hasler a lui économisé 330'000 francs en déménageant de Birmensdorf (ZH) à Risch (ZG). En comparaison, les économies réalisées par le président de la Banque nationale suisse Thomas Jordan semblent minimes. Avec un salaire brut de 914'700 francs en 2021, il a économisé 80'000 francs d'impôts sur le revenu en passant de Küsnacht (ZH) à la ville de Zoug.

clsi, ats