Somalie: journaliste réputé tué dans un attentat-suicide à Mogadiscio

ATS

20.11.2021 - 21:57

Un journaliste somalien connu pour ses critiques contre le groupe djihadiste des shebab a été tué samedi soir dans un attentat-suicide. Cela alors qu'il quittait un restaurant de Mogadiscio, ont indiqué des responsables et des collègues.

Bien que chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab y mènent régulièrement des attaques dans le cadre de leur insurrection lancée en 2007 pour renverser le fragile gouvernement fédéral, soutenu à bout de bras par la communauté internationale.
ATS

ATS

20.11.2021 - 21:57

Les shebab, mouvement lié à Al-Qaïda, ont revendiqué dans un communiqué l'explosion qui a tué le directeur de Radio Mogadiscio, Mohamud Guled, et blessé deux autres personnes, le directeur de la télévision nationale somalienne et un chauffeur.

«Que Dieu bénisse mon frère Abdiaziz Mohamud Guled, c'était un homme courageux que la nation a perdu», a déclaré le vice-ministre somalien de l'Information, Abdirahman Yusuf Omar, dans un communiqué.

Un responsable du gouvernement somalien, Ismael Mukhtar Omar, qui était également un collègue du journaliste tué, a déclaré à l'AFP que la police a confirmé que l'explosion a été provoquée par un attentat-suicide.

Kamikaze

Le journaliste «est sorti du restaurant et s'est dirigé vers sa voiture avec un collègue après leur dîner. Un kamikaze a alors couru vers ce véhicule avant de se faire exploser», a déclaré un autre collègue, Ali Mohamed.

Bien que chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab y mènent régulièrement des attaques dans le cadre de leur insurrection lancée en 2007 pour renverser le fragile gouvernement fédéral, soutenu à bout de bras par la communauté internationale.

Interviews de shebab

Mohamud Guled était connu pour ses interviews de shebab présumés détenus par les forces de sécurité somaliennes. Ses programmes ont attiré une large audience à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

La Somalie demeure le pays le plus dangereux pour les journalistes en Afrique, avec plus de 50 morts depuis 2010, selon Reporters sans frontières (RSF).

ATS