Sri Lanka: la ministre de la Santé prônait une potion contre l'infection... elle est positive

AFP

23.1.2021 - 09:44

La ministre de la Santé du Sri Lanka, Pavithra Wanniarachchi, qui cautionnait publiquement la sorcellerie et une potion magique pour endiguer la flambée des infections au coronavirus dans l'île, a été testée positive et va s'isoler, ont annoncé samedi les autorités.

La ministre de la Santé du Sri Lanka, Pavithra Wanniarachchi, qui cautionnait publiquement la sorcellerie et une potion magique pour endiguer la flambée des infections au coronavirus dans l'île, a été testée positive et va s'isoler, ont annoncé samedi les autorités.

«Son test antigénique était positif vendredi et on lui a demandé de s'isoler», a dit un responsable du ministère. «Tous ses contacts immédiats ont été placés en quarantaine».

Pavithra Wanniarachchi avait publiquement consommé et approuvé une potion censément magique, contenant du miel et de la muscade, fabriquée par un sorcier qui affirmait qu'elle immunisait à vie contre le virus.

Elle a également versé un pot d'eau «bénie» dans une rivière en novembre après qu'un homme-dieu autoproclamé lui a dit que cela mettrait fin à la pandémie.

Un jeune ministre, qui avait également pris la potion rendue populaire par Mme Wanniarachchi, avait déjà été testé positif plus tôt cette semaine.

La nation insulaire de 21 millions d'habitants a approuvé vendredi l'utilisation en urgence du vaccin développé par AstraZeneca et l'Université d'Oxford quelques heures seulement après le test positif de Mme Wanniarachchi, ont déclaré des responsables.

Les médecins du pays ont déclaré que la potion n'avait aucune base scientifique et qu'il n'existait pas de remède connu contre le Covid-19.

Mais des milliers de personnes ont défié les restrictions de rassemblement public pour rallier un village du centre du Sri Lanka le mois dernier afin d'obtenir l'élixir, fabriqué par le charpentier Dhammika Bandara.

Les médias pro-gouvernementaux ont fait une large publicité au saint homme, qui a affirmé que la formule lui avait été révélée par Kali, une déesse hindoue de la mort et de la destruction.

Mais le gouvernement s'est efforcé depuis de prendre ses distances avec M. Bandara, dont la préparation a été approuvée comme complément alimentaire par l'unité officielle de médecine indigène.

Le Sri Lanka connaît une recrudescence épidémique, le nombre de cas et de décès étant passé de 3.300 et 13 début octobre à près de 57.000 infections et 278 morts cette semaine.

aj/oho/ybl/at

Tests de dépistage du Covid-19, le 4 janvier 2021 à Colombo, au Sri Lanka

La ministre de la Santé Pavithra Wanniarachchi (g) et une touriste chinoise, guérie, après avoir été testée positive au coronaivrus, le 19 février 2020 à Colombo, au Sri Lanka

Retour à la page d'accueil

AFP