Troubles nocturnes quelques jours après les 10 ans de la révolution

ATS

18.1.2021 - 04:57

Ces derniers jours, des heurts et actes de vandalisme se sont produits dans plusieurs quartiers populaires en Tunisie, comme ici à Ettadhamen à Tunis, ou dans d'autres villes du pays.
ATS

Jets de pierres contre gaz lacrymogènes: à Ettadhamen, quartier populaire en périphérie de Tunis, comme dans d'autres villes tunisiennes, des troubles nocturnes ont éclaté dimanche en dépit du confinement. Le pays venait de célébrer les 10 ans de la révolution.

«S'il y avait quelqu'un pour juger nos abrutis de politiciens... Ces délinquants ne sont que le résultat de leur échec!», peste Abdelmonem, un serveur de café.

Des dizaines de jeunes, en majorité des mineurs âgés de 14 à 17 ans, ont été arrêtés après des heurts ces trois derniers jours, a indiqué dimanche à l'AFP Khaled Hayouni, porte-parole du ministère de l'Intérieur. Ces arrestations se sont produites quelques jours après le dixième anniversaire de la chute du président Zine El Abidine Ben Ali et de son régime policier.

Si cet anniversaire a été étouffé par un confinement général de quatre jours qui s'achève dimanche pour tenter d'endiguer une flambée de cas de Covid-19, il n'a toutefois pas empêché les troubles, dont les motifs exacts ne sont pas connus.

Ces heurts interviennent dans un contexte d'instabilité politique et de dégradation de la situation sociale en Tunisie.

Ennui ou tensions

Dans les rues, des adolescents remplissent leurs poches de pierres. «C'est pour les ennemis», lance joyeusement l'un d'eux en allusion aux agents de la police.

Le son des sirènes hurlantes ne couvre pas celui des explosions des feux d'artifices jetés depuis des toits de maisons, d'où des jeunes visaient dès la nuit tombée, à coups de pierres, un important dispositif de police et de la garde nationale (gendarmerie).

«Rentrez chez vous!», lance avec un haut-parleur l'un des gendarmes, au moment où les forces de sécurité tiraient massivement des gaz lacrymogènes pour disperser les groupes présents.

Pour Abdelmonem, «ce sont des jeunes adolescents qui s'ennuient qui sont les auteurs de ces violences». Mais l'homme de 28 ans estime que «c'est la classe politique qui est la cause de ces tensions».

«Aucun avenir ici»

Très vives entre les différents partis composant un Parlement fragmenté depuis les élections de 2019, les tensions fragilisent le gouvernement largement remanié samedi et en attente d'un vote de confiance.

Les divisions paralysent le pays au moment où l'urgence sociale s'accentue avec la pandémie de nouveau coronavirus (177'231 cas, dont 5616 décès), qui ajoute la hausse du chômage à celle des prix et met en évidence la défaillance des services publics.

«Je ne vois aucun avenir ici! Tout est triste, dégradé, nous sommes vraiment dans la merde!», lance le serveur à l'AFP, tirant nerveusement sur une cigarette, déterminé à prendre la mer «le plus tôt possible sans jamais revenir».

Journées de heurts

Le mois de janvier est régulièrement le théâtre de mobilisations en Tunisie, car cette période marque l'anniversaire de plusieurs luttes sociales et démocratiques majeures.

Mais ici, «il ne s'agit pas de mouvements de protestation, ce sont des jeunes qui viennent de quartiers proches pour voler et s'amuser», estime Oussama, 26 ans, un habitant d'Ettadhamen. «Si on proteste, ça sera la journée et à visage découvert.»

Au Kram, quartier populaire du nord de Tunis, Sanad Attia, 18 ans, se préparait à passer la soirée dehors en dépit du couvre-feu qui débute à 16h00, rejoignant des groupes de jeunes dans un face-à-face tendu avec la police.

Ces derniers jours, des heurts ont eu lieu dans plusieurs quartiers populaires notamment à Tunis, Bizerte, Menzel Bourguiba (nord), Sousse et Nabeul (est), Kasserine et Siliana (nord-ouest), selon des correspondants de l'AFP et des vidéos publiées sur internet par des habitants.

Celles-ci montraient des jeunes dans plusieurs villes brûlant des pneus, insultant la police ou pillant des commerces. Sur les réseaux sociaux, certains Tunisiens attribuaient ces violences à l'échec de la classe politique à améliorer la situation, d'autres accusaient des parties d'instrumentaliser ces troubles pour «créer le chaos».

Retour à la page d'accueil

ATS