Manifestations anti-mesures

Trudeau met fin aux mesures d'urgence au Canada

clsi

23.2.2022 - 23:40

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé mercredi la fin des mesures d'urgence prévues dans la loi d'exception, invoquée la semaine dernière pour mettre un terme aux manifestations anti-mesures sanitaires. «On constate que l'on n'est plus en situation d'urgence», a-t-il lancé.

«Le gouvernement fédéral invoque la loi sur les mesures d'urgence pour compléter les pouvoirs provinciaux et territoriaux et faire face aux blocages et aux occupations», a déclaré le Premier ministre canadien Justin Trudeau (archives).
Le premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé mercredi la fin des mesures d'urgence prévues dans la loi d'exception.
KEYSTONE/AP/Justin Tang

clsi

23.2.2022 - 23:40

«C'est pourquoi le gouvernement fédéral met fin à la loi sur les mesures d'urgence», a déclaré Justin Trudeau, précisant que cette révocation devrait être effective «dans les heures à venir».

M. Trudeau a été vivement critiqué par l'opposition après avoir invoqué le 14 février cette loi pour mettre fin à une contestation historique contre les restrictions visant à lutter contre le Covid-19, qui ont duré trois semaines.

Cette disposition législative a accordé au gouvernement canadien des pouvoirs exceptionnels prévus en cas de «crise nationale», lui permettant notamment d'autoriser les banques et autres fournisseurs de services financiers à immédiatement geler ou suspendre un compte sans ordre de la cour.

Capitale libérée

Ces pouvoirs exceptionnels pouvaient être maintenus pendant une durée maximale de 30 jours renouvelable. Ils s'appliquaient à l'ensemble du Canada.

L'annonce de Justin Trudeau intervient après que la capitale fédérale Ottawa a été libérée dimanche des manifestants et camionneurs au terme d'une vaste opération policière.

Lundi, le premier ministre avait déclaré que l'état d'urgence au Canada «n'était pas terminé» en dépit de la levée des blocages à travers le pays. Au moment de cette annonce, le Sénat examinait le texte, qui a été approuvé lundi soir par les députés, une semaine après le recours par le premier ministre à cette loi d'exception utilisée pour la deuxième fois seulement au Canada en temps de paix.

Minimisé au départ par les autorités, le mouvement de contestation est parti de camionneurs protestant contre l'obligation d'être vacciné pour passer la frontière avec les Etats-Unis, puis s'est élargi à un refus général des règles de santé publique au Canada.

Des blocages ont également eu lieu à plusieurs postes frontaliers, notamment à Windsor, au pont Ambassador qui relie le Canada et les Etats-Unis. La ville d'Ottawa a estimé que la manifestation lui avait coûté environ 30 millions de dollars canadiens (21,6 millions de francs).

clsi