«C'est une plaisanterie?!» Viktor Orban opposé à des négociations d'adhésion de l'UE avec l'Ukraine

ATS

8.12.2023 - 14:53

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban reste farouchement opposé à des négociations d'adhésion de l'Union européenne avec l'Ukraine. Il donne pour argument que le pays est gangrené par la corruption et représente une menace pour l'agriculture européenne.

Le Premier ministre explique que sa position est inflexible car «plus des deux tiers de l'opinion publique hongroise sont opposés à l'ouverture de toute négociation» (image d'archives).
Le Premier ministre explique que sa position est inflexible car «plus des deux tiers de l'opinion publique hongroise sont opposés à l'ouverture de toute négociation» (image d'archives).
KEYSTONE

ATS

8.12.2023 - 14:53

«L'Ukraine est connue pour être l'un des pays les plus corrompus du monde. C'est une plaisanterie?! Nous ne pouvons pas prendre la décision d'entamer un processus de négociation d'adhésion», fait valoir M. Orban, dans un entretien avec l'hebdomadaire Le Point publié vendredi à quelques jours d'un Conseil européen qui doit aborder le sujet.

En outre, il met en garde les Français sur «ce que signifierait économiquement cette adhésion pour la France». «Chaque année, il vous faudra verser au budget commun de l'Union plus de 3,5 milliards d'euros supplémentaires», dit-il.

Agriculture menacée de destruction

Et de souligner l'importance de l'agriculture de l'Ukraine. «Si vous laissez cette agriculture entrer dans le système agricole européen, elle le détruira le lendemain», assure-t-il.

Le Premier ministre, qui a rencontré jeudi soir le président français Emmanuel Macron, explique par ailleurs que sa position est inflexible car «plus des deux tiers de l'opinion publique hongroise sont opposés à l'ouverture de toute négociation».

Pour un «partenariat stratégique»

Mais «l'Ukraine est en difficulté», reconnaît-il, car «elle subit l'invasion russe» et il est «légitime que l'ensemble du Conseil européen (lui) envoie de bons signaux», tel qu'un «partenariat stratégique» avec l'UE plutôt que des négociations pour une adhésion.

«Lorsque nous parviendrons (...) à rapprocher l'Ukraine de l'Europe, dans plusieurs années, nous verrons alors», a-t-il également confié avant son entretien avec Emmanuel Macron jeudi, sur lequel l'Elysée n'a pas communiqué.

Asile

Viktor Orban est par ailleurs revenu sur la réforme de l'asile actuellement en discussions à l'UE. Elle «est peut-être meilleure que la précédente, mais ce n'est pas une solution», estime-t-il. «La solution ultime est que personne ne puisse entrer sur le territoire européen sans obtenir l'autorisation d'une autorité basée sur une procédure».

«Je suis le seul à avoir construit une clôture, s'enorgueillit le Premier ministre hongrois. En Hongrie, il n'y a aucun migrant, et j'en suis fier.»

Et d'ajouter: «Si vous pensez qu'accepter les migrants aboutirait à quelque chose d'agréable, à une nouvelle société, à quelque chose de moralement plus élevé que la société traditionnelle, faites-le. C'est votre choix. Mais nous, Hongrois, nous pensons que c'est trop risqué.»

ATS