Situation tendue

Nouvel état d'urgence «envisagé» autour de Tokyo

ATS

4.1.2021 - 08:52

Le premier ministre japonais Yoshihide Suga a qualifié la situation sanitaire du pays de «très sévère». Il n'exclut pas un nouvel état d'urgence, mais ne se prononce pas pour l'instant.

Japanese Prime Minister Yoshihide Suga holds a New Year's press conference at his official residence in Tokyo Monday, Jan. 4, 2021. Suga said Monday vaccine approval was being speeded up and border controls beefed up to curb the spread of the coronavirus, and he promised to consider declaring a state of emergency. (Yoshikazu Tsuno/Pool Photo via AP)
Le premier ministre Yoshihide Suga a aussi réaffirmé l'engagement du Japon à organiser les jeux Olympiques de Tokyo 2020, reportés à l'été 2021, répétant que leur tenue serait «une preuve que l'humanité a vaincu le virus».
KEYSTONE

Yoshihide Suga a annoncé lundi que son gouvernement «envisageait» un nouvel état d'urgence dans la région du grand Tokyo face à la recrudescence des contaminations au coronavirus.

Il espère toutefois que la campagne de vaccination pourra commencer dès la fin février. Il sera l'un des premiers à recevoir l'injection, a-t-il précisé lors de sa conférence de presse.

Appelant la population à éviter les sorties non indispensables, M. Suga a déclaré que le gouvernement se préparait à modifier la loi pour pouvoir sanctionner les établissements qui ne respecteraient pas les injonctions à restreindre leurs horaires ou à fermer temporairement. Il a dans le même temps promis des mesures incitatives.

Le premier ministre a cependant réaffirmé l'engagement du Japon à organiser les jeux Olympiques de Tokyo 2020, reportés à l'été 2021 à cause de la pandémie, répétant que leur tenue serait «une preuve que l'humanité a vaincu le virus».

Fortes critiques

Yoshihide Suga, qui a succédé en septembre à Shinzo Abe, démissionnaire pour raison de santé, fait face à d'intenses critiques sur la gestion de la crise sanitaire par son gouvernement.

Le Japon, relativement épargné par la pandémie comparé à beaucoup d'autres pays avec quelque 240'000 infections et moins de 3600 morts, selon des chiffres officiels, subit depuis novembre une forte hausse des contaminations. Elles ont dépassé pour la première fois jeudi la barre des 4000 nouveaux cas en 24 heures.

Samedi, les gouverneurs de Tokyo et de trois départements voisins ont appelé le gouvernement à décréter un nouvel état d'urgence, après celui d'avril et mai 2020, qui avait progressivement été étendu à l'ensemble du pays. Mais le gouvernement y était jusqu'ici réticent, craignant que l'économie du Japon ne replonge après avoir connu trois trimestres de récession.

M. Suga a cependant admis lundi qu'un «message plus fort était nécessaire». «Le gouvernement envisage la mise en place d'un état d'urgence» avec des mesures qui permettront notamment de réduire les infections dans les bars et restaurants, a-t-il déclaré.

L'état d'urgence permet aux gouverneurs locaux d'appeler les entreprises à fermer leurs portes et les habitants à rester chez eux, mais ne revêt aucun caractère contraignant ni aucune sanction en cas de non-respect.

Retour à la page d'accueil

ATS