Une sixième femme accuse le gouverneur de New York

ATS

9.3.2021 - 23:38

ATS

9.3.2021 - 23:38

Une nouvelle femme a affirmé que le gouverneur de New York l'avait touchée de façon inappropriée fin 2020, a indiqué mardi un quotidien new-yorkais. Son témoignage porte à six le nombre de femmes qui accusent Andrew Cuomo de harcèlement sexuel ou comportement déplacé.

Andrew Cuomo, à gauche sur le cliché, a refusé à nouveau de démissionner, malgré de nouvelles accusations de harcèlement sexuel (archives).
ATS

Fidèle à la position qu'il affiche depuis la première de ces allégations à la fin février, le puissant gouverneur démocrate de 63 ans a peu après à nouveau écarté l'idée d'une démission.

Assurant «ne pas être au courant» de cette nouvelle accusation, il a répété qu'il attendrait les résultats d'une enquête indépendante sur ces allégations, supervisée par la procureure générale de l'Etat. «Laissons l'enquête établir les faits, on verra ensuite».



Dans la résidence du gouverneur

Selon les informations du Albany Times Union, journal de la capitale de l'Etat de New York, ce nouvel épisode de conduite inappropriée présumée a eu lieu dans la résidence officielle du gouverneur à Albany et concerne une employée non identifiée à ce stade.

Si cette dernière n'a pas déposé de plainte formelle, ses allégations ont été transmises au service juridique du gouverneur et aux services de la procureure de l'Etat, a précisé le journal.

Ces nouvelles accusations continuent de fragiliser la position du gouverneur, au pouvoir depuis 10 ans et dont le mandat expire en 2022. Vu par beaucoup comme un héros de la lutte contre la pandémie de Covid-19, M. Cuomo, l'un des gouverneurs américains les plus influents, fait désormais l'objet de nombreux appels à démissionner, y compris dans son propre camp démocrate.

Des élus républicains ont amorcé une procédure en destitution devant le Parlement de New York, où les démocrates sont majoritaires. Ses chances d'aboutir sont incertaines, une destitution requérant une majorité simple à la chambre basse et les deux-tiers au Sénat.

ATS