La Suisse déçoit le WWF et Greenpeace 

vf, ats

13.11.2021 - 21:25

Alors que la COP26 à Glasgow n'est pas achevée, le WWF Suisse et Greepeace Suisse ont critiqué samedi soir des résultats très en-deçà des espérances au regard de l'urgence de la crise climatique. La Suisse n'a pas pris d'engagements assez fermes, selon les deux organisations écologistes.

vf, ats

13.11.2021 - 21:25

Les cheminees de l'usine d'incineration des Cheneviers photographier ce mercredi 10 juillet 2002. L'usine d'incineration des Cheneviers (GE) a recu le 14 juin 2002 un conteneur radioactif. Les dechets contamines, une trentaine de futs en tout, ont ete tries a Geneve. Ils seront envoyes pour traitement a l'Institut Paul Scherrer (AG). Ce materiau est utilise par l'horlogerie pour rendre fluorescents des elements du cadran. Il est facile a mesurer et le risque de dissemination est faible, selon l'OFSP. La simple exposition au radium-226 est sans danger, a poursuivi Jean-Claude Landry. Une contamination est uniquement possible en cas d'absorption.
«La Suisse n'a pas présenté une seule mesure permettant de réduire significativement les émissions de CO2 chez elle», déplore notamment un expert climatique de Greenpeace. (image d'illustration)
KEYSTONE

On est encore très loin de l'objectif de limiter à 1,5 degré le réchauffement. Les Etats continuent de défendre les intérêts des industries fossiles, estime l'expert climat du WWF Suisse, Patrick Hofstetter, cité dans un communiqué.

Pourquoi les Etats soumettraient miraculeusement dans un an des objectifs climatiques compatibles avec l'accord de Paris comme cela a été convenu à Glasgow, se demande l'ONG. «Pour éviter un réchauffement climatique désastreux, des efforts supplémentaires urgents doivent être consentis de la part de tous».

Un compromis a été trouvé sur l'échange international de CO2. Mais la science ne connaît pas de compromis. Si la Suisse utilise ce mécanisme pour atteindre ses objectifs climatiques, cela conduira au mieux à un jeu à somme nulle, selon l'expert.

Accélérer la réduction des émissions

Le WWF appelle la Suisse à écouter la science. Elle doit réduire à zéro ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2040 au plus tard. Et elle doit atteindre une réduction de moitié en Suisse d'ici 2030.

Villes, cantons et Conseil fédéral doivent rapidement sortir des énergies fossiles par des moyens incitatifs, des normes et des interdictions. L'appel s'adresse aussi aux entreprises internationales ayant leur siège en Suisse et au secteur financier. La Suisse doit en outre sceller des alliances avec d'autres Etats pour la défense du climat.

Engagement «timide» de la Suisse

«Lors de la conférence sur le climat, la Suisse n'a pas présenté une seule mesure permettant de réduire significativement les émissions de CO2 chez elle», déplore pour sa part Georg Klingler, expert climatique de Greenpeace Suisse. Cette ONG critique les accords signés par berne avec des pays du Sud pour atteindre ses objectifs climatiques. C'est une approche «trompeuse».

La Confédération a en outre renoncé à signer l'engagement visant à éliminer les moteurs à combustion. Elle n'a pas non plus fait de proposition sur la manière de rendre la place financière suisse respectueuse du climat. Et elle n'a pas fait non plus de promesses pour davantage aider les pays pauvres qui font face aux conséquences du dérèglement climatique. Pour Greenpeace, la Suisse a fait preuve d'un engagement timide.

vf, ats