La Chaux-de-Fonds

Capitale culturelle: 1 million de visiteurs attendus en 2025

js, ats

20.6.2022 - 12:01

La Chaux-de-Fonds, ville candidate à Capitale culturelle suisse 2025, veut attirer 1 million de visiteurs de toute la Suisse dans la Métropole horlogère. Le projet, budgété entre 15 millions et 20 millions de francs, a pour vocation d'avoir une envergure nationale.

Alain Ribaux, conseiller d'Etat, Anouk Hellmann, présidente de l'association La Chaux-de-Fonds Capitale culturelle suisse, Olivier Schinz, chef de projet, Théo Bregnard, président du Conseil communal de La Chaux-de-Fonds, lors de la conférence de presse à la Maison-Blanche du Corbusier.
ATS

js, ats

20.6.2022 - 12:01

«Le projet va placer les artistes et les acteurs culturels au centre de la programmation», a déclaré lundi Anouck Hellmann, présidente de l'association La Chaux-de-Fonds Capitale culturelle 2025. La diversité des cultures suisses sera valorisée par des échanges, des rencontres et des coproductions entre les différentes régions suisses.

Le projet veut décloisonner aussi la culture et créer des ponts entre les institutions culturelles et les acteurs culturels alternatifs, a déclaré Théo Bregnard, président du Conseil communal chaux-de-fonnier.

La candidature de La Chaux-de-Fonds sera déposée à l'automne et évaluée par un jury d'experts. Les critères, énoncés en termes de qualité et de financement, doivent être respectés, a expliqué Olivier Schinz, chef de projet. «Même s'il y a une candidature unique, rien n'est gagné», a-t-il ajouté.

Mais comme le projet est élaboré en co-construction, La Chaux-de-Fonds devrait déjà avoir obtenu son label Capitale culturelle 2025 au 1er janvier 2023.

Financement de la Confédération

Le financement de 15 à 20 millions de francs sera assuré par du privé (32%), du public (45%), parapublic (20%) et divers (3%). Au niveau du public, la Confédération devrait payer 3 ou 4 millions et le canton de Neuchâtel et la commune de La Chaux-de-Fonds devraient se partager les deux petits tiers restants, a précisé Alain Ribaux, conseiller d'Etat.

«Les contacts avec de gros sponsors privés sont en bonne voie», a ajouté Alain Ribaux. Au niveau du financement public, c'est «plutôt prometteur» du côté de la Confédération. Le conseiller d'Etat a précisé que le projet, qui aurait lieu tous les quatre à cinq ans, n'est pas du tout dans la même chose qu'une exposition nationale et qu'il coûte 100 fois moins cher, même s'il y a la même ambition de ciment national.

«S'il n'y a pas d'intérêt de la Confédération, le projet ne se fera pas», a noté Alain Ribaux. «On ne peut pas s'auto-proclamer capitale culturelle», a renchéri Théo Bregnard. Ce dernier a rappelé que ce projet a du sens pour la cohésion nationale et permettrait de mettre en valeur à l'avenir des territoires et des villes de taille moyenne comme Bellinzone, Soleure ou Winterthour (ZH) et de faire des liens.

Image transformée

En devenant Capitale culturelle suisse, La Chaux-de-Fonds espère augmenter son attractivité résidentielle et touristique. «L'image de Liverpool ou de Glasgow a été transformée», après avoir été capitale européenne, a expliqué Théo Bregnard.

Durant l'année 2025, La Chaux-de-Fonds devrait proposer trois événements grandioses, dont l'un à l'ouverture au printemps et un à la clôture, une quinzaine d'événements nationaux et quelques centaines de manifestations plus intimistes, que cela soit dans les nombreux lieux culturels de la ville ou dans les appartements, friches ou parcs aménagés pour l’occasion. Entre 50 et 100 événements festifs et gustatifs sont aussi prévus.

La majorité des activités aura lieu durant l'été. La Plage des Six-Pompes aura vraisemblablement une édition augmentée. «Il est très difficile de connaître les retombées mais elles seront largement positives en termes économiques», a ajouté Olivier Schinz. Durant la manifestation, les hôtels en profiteront mais pour absorber les visiteurs, des campings seront certainement aménagés et le logement chez l'habitant sera proposé.

js, ats