La voirie de La Chaux-de-Fonds en alerte neige ces derniers jours

lp, ats

17.1.2021 - 10:59

Les opérations de déneigement battent leur plein depuis plusieurs jours à La Chaux-de-Fonds (NE). Les services dédiés de la Métropole horlogère ont déclenché la grosse alarme avec quelque 130 personnes et 60 véhicules mobilisés, rien que pour la Ville.

«Le ballet des véhicules a commencé sur les coups de 3h00 dimanche», a indiqué à Keystone-ATS Bekir Omerovic, voyer-chef de la ville des Montagnes neuchâteloises. «Jusque-là, il était tombé 6 cm d'une belle poudreuse et 10 cm sont encore venus depuis», précise-t-il. Tous les privés n'ont pas été engagés cette fois.

La Ville, et ses quelque 38'000 habitants, dégage 225 km de routes et 115 km de trottoirs, un réseau choisi pour trouver un optimum entre économie, écologie et confort des usagers. S'y ajoutent 60 escaliers et passages piétonniers, une dizaine de places et une quinzaine de parkings, notamment ceux dits d'échange dans le nouveau système de stationnement.

Les chutes de neige de la nuit dernière n'ont toutefois pas égalé celles de la nuit de mardi à mercredi. Il était en effet tombé 25 cm dans la partie basse de La Chaux-de-Fonds, entre mardi à 11h00 et mercredi matin. En comptant les privés, la mobilisation des forces peut concerner jusqu'à 160-170 personnes ainsi qu'une centaine de véhicules.

Grosse alarme

Mardi toujours, jour de grosse alarme, les employés communaux ont été engagés de 11h00 à 22h30. Ensuite, ils sont rentrés pour se reposer un peu, avant de reprendre du service à 3h00 mercredi jusqu'à midi, voire dans l'après-midi pour certains occupés encore à «fraiser quelques bouts de trottoirs», note Bekir Omerovic.

Comme il a beaucoup neigé, il y a des tas énormes sur les places de la Gare et du Marché. «Il faut toujours essayer d'évacuer la neige pour faire de la place aux prochaines chutes», dit le voyer-chef. Surtout que dans la nuit de mercredi à jeudi, un mélange de neige et de pluie est tombé, avec un risque d'accumulation d'eau par endroits.

Assurer l'écoulement

C'est pourquoi les employés de Bekir Omerovic s'attellent en permanence à dégager les bouches d'égout pour assurer l'écoulement de l'eau. Au-delà, la problématique de la limite pluie-neige, ou du gel-dégel, est devenue davantage d'actualité. Une limite que le voyer-chef fixe désormais à 1000 mètres d'altitude.

Il peut par exemple pleuvoir sur le Pod (l'avenue Léopold-Robert), à 994 mètres, et neiger sur les hauts de la ville. Auparavant, la limite se situait plutôt vers 700 mètres, en gros l'altitude du Val-de-Ruz. «On constate les changements climatiques en l'espace de 30 ans, avec de moins en moins de neige», conclut Bekir Omerovic.

Retour à la page d'accueil

lp, ats