La Chaux-de-Fonds

Le MIH a acquis une cinquantaine de pièces en 2021

js, ats

15.3.2022 - 14:36

Le Musée international d'horlogerie (MIH), à La Chaux-de-Fonds (NE), a acquis ou reçu une centaine de pièces en 2021. Le vernissage de l'exposition «Nouvelles acquisitions» aura lieu jeudi à 18h30.

Une montre de poche émaillée co-signée Poluzzi – Rohr a été acquise par le MIH.
ATS

js, ats

15.3.2022 - 14:36

«La pandémie n'a donc pas porté préjudice à l'activité du MIH dans son fort attachement à constituer le patrimoine horloger de demain», a indiqué mardi l'institution. Parmi la cinquantaine de pièces qui font leur entrée en collection, «trois sont porteuses d'une symbolique dépassant largement leur histoire propre», a fait savoir le musée.

Le MIH a acquis une montre de poche à calendrier perpétuel et répétition minutes comprenant deux peintures sur émail, signées Carlo Poluzzi et Susanne Rohr. «Bien que les complications de cette pièce soient admirables en elles-mêmes, sa valeur principale réside dans les deux peintures miniatures sur émail qui représentent la quintessence de la virtuosité de deux des plus grands émailleurs du 20e siècle», a expliqué l'institution.

Au début des années 1960, Suzanne Rohr rencontre Carlo Poluzzi qui deviendra son mentor pendant les 28 années suivantes. En travaillant étroitement avec lui, elle affine sa technique et se consacre entièrement aux miniatures sur émail. La pièce acquise par le MIH date de 1966 et «marque d'une pierre blanche l'accomplissement de Suzanne Rohr alors disciple de Carlo Poluzzi», a expliqué le musée.

Prototype d'horloge atomique

L'année 2021 a également été marquée par un don important du Laboratoire Temps-Fréquence de l'Université de Neuchâtel, qui cède au MIH son prototype d’horloge atomique à fontaine continue d'atomes froids de césium. Unique en son genre, cette fontaine – et l’horloge qui est basée sur son principe – est le reflet de cinquante années d'innovations dans ce domaine et dont les applications sont au cœur de la société. Elle rejoindra l'exposition «A la femtoseconde près».

L'entreprise Panatere à Saignelégier (JU) a fait don au MIH de son tout premier lingot d'acier inox 316L, 100% recyclé et solaire. Cet acier est issu de déchets de production récoltés dans l'Arc jurassien. Il a été fondu par un four solaire à concentration. «Bien plus qu'un objet, ce lingot d'environ 15 kg est une promesse d'avenir, un luxe vertueux où les déchets d'acier de la région deviennent matière première pour l'horlogerie», a ajouté le musée.

js, ats