Les éditions de l'Olivier à l'honneur au Livre sur les quais

sj, ats

5.9.2021 - 12:15

Les prestigieuses éditions de l'Olivier à Paris fêtent leurs 30 ans en 2021. Leur fondateur et directeur Olivier Cohen était l'éditeur invité du Livre sur les quais à Morges (VD) ce week-end. Retour sur un métier passionnant mêlant «austérité et fantaisie», selon lui.

sj, ats

5.9.2021 - 12:15

Olivier Cohen, fondateur et directeur des éditions parisiennes de l'Olivier. L'éditeur était invité au Livre sur les quais à Morges (VD) pour les 30 ans de sa maison d'édition.
ATS

Reconnaissable à ses belles couvertures et l'olivier noir sur blanc qui orne le coin gauche de ses livres, les éditions de l'Olivier, c'est plus de 300 écrivains et écrivaines, quelque 1000 livres édités en 30 ans, une trentaine de nouveautés publiées chaque année, une équipe de huit salariés, dont certains à temps partiel, un chiffre d'affaires de trois millions d'euros net en moyenne par an.

Dans son prestigieux catalogue, on retrouve entre autres les Français Jean-Paul Dubois, Geneviève Brisac, Agnès Desarthe, Marie Desplechin, Florence Aubenas et Olivier Adam ainsi que les Nords-Américains Raymond Carver, James Salter, Cormac McCarthy, Richard Ford, Alice Munro, Jonathan Franzen, Armistead Maupin et Jay McInerney.

Les deux meilleures ventes de l'Olivier sont «La Route» de Cormac McCarthy (600'000 exemplaires) et du prix Goncourt 2019 «Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon» de Jean-Paul Dubois (plus de 600'000 exemplaires, sans compter l'édition de poche).

Par hasard

C'est par hasard qu'Olivier Cohen est devenu éditeur. Diplômé de philosophie à l'Ecole normale supérieure de Saint-Cloud en 1976, il entre dans une petite maison d'édition comme secrétaire, sur proposition d'amis. «Cela ne faisait pas partie de mes projets, mais j'étais un lecteur fanatique, je lisais tout le temps et partout. Je me suis dit que cette pathologie pouvait m'être utile dans ce métier», raconte-t-il dans un entretien accordé à Keystone-ATS.

Petit à petit, il se frotte aux multiples tâches et absorbe toutes les facettes de l'édition dans plusieurs maisons avant d'être engagé comme directeur aux éditions Payot. Licencié après trois ans, il est approché par le PDG d'alors des éditions du Seuil qui lui propose de créer sa propre maison d'édition en 1991.

«J'ai dit oui, à condition que le Seuil n'intervienne jamais dans mon travail éditorial. Cet accord de base a toujours été respecté. En 30 ans, j'ai bénéficié d'une liberté totale», se félicite-t-il. Ce sera donc l'Olivier, son prénom, mais surtout un arbre méditerranéen qui lui est cher.

«Un métier de rencontres»

A 72 ans, Olivier Cohen affirme que son «fanatisme» pour la lecture et la littérature est intact. «Je suis toujours aussi impatient de lire et de découvrir (...), toujours aussi passionné par ce métier de rencontres, avec des oeuvres, avec des écrivains, avec des gens», confie ce parfait bilingue et grand connaisseur de littérature américaine.

Se définissant volontiers comme un éditeur «old school», il admet toutefois qu'il a dû s'adapter en 30 ans de métier, notamment à la «mutation de la communication, y compris dans le milieu du livre». «Je donne plus d'importance, non pas à la promotion, mais à la mise en scène de nos livres et auteurs», aime-t-il nuancer.

La responsabilité de faire connaître un écrivain et ses livres est devenue plus théâtrale, plus spectaculaire, explique-t-il en substance, citant les tournées dans les librairies, les nombreux festivals littéraires, la relation avec les médias, l'importance des réseaux sociaux. «La rentrée littéraire c'est un peu comme le Festival de Cannes et les prix littéraires comme la Palme d'or et le reste du palmarès», illustre-t-il.

«La qualité est rare»

S'agissant des qualités d'un bon éditeur, Olivier Cohen cite un ami du même métier qui avait édicté dix commandements. Parmi ceux-ci: ne publie jamais un livre que tu n'as pas lu, ne publie que des livres intéressants, émouvants ou qui te font rêver, réjouis-toi de ne pas avoir à publier les livres de tes concurrents, ne publie jamais un livre mauvais qui pourrait néanmoins marcher.

«C'est un métier qui mêle austérité et fantaisie», résume-t-il au final. Avec cette touche d'humilité: «On ne sait pas vraiment pourquoi un livre marche ou ne marche pas» auprès du public. Seule certitude, «la qualité est rare».

Olivier Cohen n'a qu'un mot à la bouche pour dire ce qui le séduit et le séduira toujours en premier lieu en ouvrant un manuscrit: le ton. A ne pas confondre avec le style, en lien plus direct avec la langue, le langage, selon lui. «Le ton, c'est indéfinissable. Il y a quelque chose d'auditif. C'est une manière de poser sa voix, mais aussi de voir et sentir les choses, d'avoir un univers à soi».

En farfouillant encore dans sa mémoire, l'éditeur en ressort deux magnifiques souvenirs, parmi tant d'autres: l'arrivée de Geneviève Brisac à l'Olivier avec «Petite» et l'attribution du prix Nobel de littérature à la Canadienne Alice Munro en 2013.

sj, ats