Echange culturel

Murs de pierre et échanges interculturels à Gryon

gsi, ats

19.8.2021 - 15:01

Pour la première fois en Suisse romande, l'association «Building Walls – Breaking Walls» a fait halte cette semaine à Gryon (VD). Son objectif consiste à réunir des jeunes de quatre pays – Suisse, Israël, Palestine et Irlande du Nord – autour d'un projet commun.

Les jeunes des quatre pays oeuvrent ensemble à la construction de murs en pierres sèches (photo d'illustration).
ATS

gsi, ats

19.8.2021 - 15:01

A Gryon, 16 jeunes adultes (4 par pays) se sont retrouvés en compagnie de quatre maçons professionnels afin de rénover des murs en pierres sèches. «C'est la partie 'Building Walls' (construire des murs). Mais le projet contient aussi une partie 'Breaking Walls» (casser des murs), sachant que ces jeunes échangent aussi sur leurs différentes cultures», relève Oliver Schneitter, directeur de l'association, interrogé par Keystone-ATS.

Le Soleurois explique qu'il a fondé cette association il y a une dizaine d'années. Engagé dans plusieurs programmes liés aux relations israélo-palestiniennes, il s'est associé avec un ami maçon pour lancer ce nouveau projet. «Cela permet des rencontres directes, sur le terrain, autour d'un projet commun. Cela ouvre des portes qui ne pourraient pas s'ouvrir autrement», remarque-t-il.

Il raconte par exemple que lors d'une précédente rencontre, alors que la guerre faisait rage à Gaza, un Israélien qui revenait de l'armée et un Palestinien s'étaient pris d'amitié et avaient prolongé ensuite leur séjour en Suisse.

Voyages

«Cette association permet un mélange des cultures que l'on aimerait voir dans le monde», souligne Lamia, une participante palestinienne. «C'est l'occasion de connaître d'autres personnes, mais aussi de transmettre ce que l'on vit chez soi», ajoute-t-elle.

Après plusieurs mois de pause forcée due au coronavirus, l'association avait repris ses activités en juin dernier au Grenchenberg (SO) avant de filer en juillet à Cape Clear en Irlande. Après l'étape de Gryon, elle ira dans le Val Müstair (GR), à Mergoscia (TI) et dans le désert israélien.

Si les participants diffèrent, l'association revient normalement chaque année sur les mêmes sites, où elle progresse d'une vingtaine de mètres à chaque fois avec ses murs en pierres sèches, explique Oliver Schneitter.

gsi, ats