Une fresque pour dénoncer les investissements de Credit Suisse

tb, ats

7.5.2021 - 15:31

Des militants pour le climat ont peint vendredi une fresque à la Place Bel-Air à Genève afin de dénoncer les investissements de Credit Suisse dans les énergies fossiles. Dans leur viseur: la construction d'un oléoduc transportant du pétrole bitumeux.

tb, ats

7.5.2021 - 15:31

Fresque de solidarité et pour la défense du climat

Fresque de solidarité et pour la défense du climat

Une action artistique de protestation lancée par plusieurs graphistes et organisations qui luttent pour le climat et les droits humains a eu lieu ce vendredi à Genève. Une grande fresque symbolique a été réalisée sur la Place Bel-Air pour appeler le Credit Suisse à cesser de soutenir la construction d’un pipeline de pétrole bitumineux aux USA violant les droits du peuple Anishinaabe (Grands Lacs).

07.05.2021

La grande fresque, dont la réalisation a été perturbée par la météo, représente la lutte contre le Line 3, un projet d'oléoduc mené par l'entreprise canadienne Enbridge. Le collectif BreakFree, à l'origine de l'opération avec la Grève pour l'Avenir et les féministes d'Abya Yala Suiza, reproche à Credit Suisse d'avoir accordé des prêts à Enbridge.

Selon BreakFree, la construction de l'oléoduc traversant le Minnesota aux Etats-unis a commencé en décembre dernier. Le projet, qui vise à acheminer 760'000 barils de pétrole bitumeux par jour depuis Edmonton au Canada jusqu'au Wisconsin, menace l'aquifère des Grands Lacs, ajoute le collectif. Sur place, la résistance du peuple autochtone Anishinaabe s'organise. L'oléoduc traverse leurs réserves.

BreakFree multiplie les actions pour dénoncer les investissements de Credit Suisse dans les énergies fossiles. Même si Credit Suisse ne finance pas directement ce genre de projet, il les soutient en accordant des prêts aux sociétés qui les réalisent, a relevé Guillaume Durin, du collectif BreakFree. Credit Suisse assure prendre le climat et le respect des droits autochtones très au sérieux.