Marie Curie partait pour un voyage qui allait changer l'histoire

AFP

9.11.2021 - 14:59

En 1921, l'illustre scientifique Marie Curie embarquait pour un voyage de six semaines aux Etats-Unis. Un événement hors du commun qui devait la mener jusqu'à la Maison Blanche, où elle a reçu des mains du président américain un cadeau crucial pour la suite de ses recherches: un gramme de radium.

AFP

9.11.2021 - 14:59

Cet élément radioactif, très difficile à extraire à partir de minerais, pouvait coûter à l'époque plus de dix fois le prix d'un diamant du même poids. Or son étude a été décisive dans le développement de traitements contre le cancer.

Grâce à une levée de fonds organisée par la journaliste américaine Marie Meloney, à qui Marie Curie s'était confiée lors d'une interview, le fameux gramme lui est offert sans contrepartie, et la chercheuse est invitée outre-Atlantique pour le recevoir.

L'anniversaire de cette tournée américaine a été célébré lundi à l'ambassade de France aux Etats-Unis, en présence des descendants de Mmes Curie et Meloney. «Je suis très content que cette histoire se soit transmise à travers les générations», a confié à l'AFP Marc Joliot, arrière-petit-fils de Marie Curie et chercheur lui-même. «Au-delà de Marie Curie la grande scientifique, deux prix Nobel, dont on voit toujours la figure un peu sombre, triste, ça la rend humaine.»

La journaliste et la scientifique se sont en effet liées d'amitié. Toutes deux oeuvrent à l'époque à leur manière pour la cause des femmes, qui viennent d'obtenir le droit de vote aux Etats-Unis, mais l'attendent toujours en France. «Je me rappelle, quand j'étais enfant, mon père nous racontait comment (Marie Meloney) connaissait Marie Curie, était amie avec elle, et l'avait accompagnée dans son tour des Etats-Unis», a dit à l'AFP Sean Meloney, arrière-arrière-petite-fille de Marie Meloney. 

Probablement en partie grâce à ce voyage, la scientifique «est toujours un nom familier aux Etats-Unis», selon elle.

Bain de jouvence

En mai 1921, Marie Curie, déjà récompensée des prix Nobel de chimie et de physique, embarque donc à bord de l'Olympic, un paquebot jumeau du Titanic, en compagnie de ses deux filles, Irène et Eve. 

Lors de son périple, elle se rend notamment dans de grandes universités, donne des conférences, et visite une usine de radium à Pittsburgh. Elle rencontre aussi le président Warren Harding, qui lui remet la clé ouvrant le coffre qui contient le gramme de radium. Il a coûté 100.000 dollars, récoltés quasi entièrement grâce à des dons de femmes américaines.

«Les appareils de radiothérapie d'aujourd'hui sont directement issus des travaux de Marie Curie, qui a découvert la radioactivité», a rappelé lundi Thierry Philip, président du conseil d'administration de l'Institut Curie, qui fête également ses 100 ans cette année. 

Mais c'est sa fille, Irène Joliot-Curie, qui a surtout bénéficié de l'étude de ce gramme de radium, avec la découverte de la radioactivité artificielle, qui lui vaudra également un prix Nobel. «C'est cette radioactivité artificielle (et non plus naturelle, ndlr), que l'on peut mieux contrôler et manipuler, que l'on utilise aujourd'hui principalement» pour traiter le cancer, a expliqué à l'AFP Gilles Créhange, chef du département d'oncologie-radiothérapie à l'Institut Curie.

Car si protéger les cellules saines de l'irradiation est devenu un enjeu majeur, à l'époque, les effets à long terme de la radioactivité ne sont pas connus, et le radium était quasiment vu comme un élixir de jouvence, utilisé jusque dans des crèmes pour lisser la peau. 

«Des personnes très riches aux Etats-Unis s'achetaient des cartouches pour des fontaines, qui étaient installées sur des baignoires, et ils faisaient couler de l'eau radioactive pour prendre leur bain», a raconté Gilles Créhange. Marie Curie elle-même avait des doutes sur l'effet de la manipulation du radium sur sa santé. Elle est décédée en 1934, à l'âge de 66 ans. 

AFP