Infections après opération: la tendance positive se confirme

cc, ats

12.10.2021 - 11:35

Les taux d'infection après une intervention chirurgicale dans les hôpitaux et cliniques de Suisse confirment la tendance positive entamée depuis 2011. Pour la grande majorité des types d’opération, ils poursuivent leur baisse ou restent constants.

cc, ats

12.10.2021 - 11:35

[Editors Note: GRAPHIC CONTENT] Before a surgical intervention doctors scrape off the affected skin of a burn patient until they reach tissue which is still supplied by blood, photographed at the intensive care unit of the University Hospital of Zurich, Switzerland, on January 17, 2017. (KEYSTONE/Gaetan Bally) 

[Editors Note: GRAPHIC CONTENT] Vor einem operativen Eingriff schaben Aerzte die betroffenen Haut eines brandverletzten Patienten bis zum durchbluteten Gewebe weg, aufgenommen am 17. Januar 2017 im Operationssaal auf der Intensivstation fuer Brandverlezte des Universitaetsspitals Zuerich. (KEYSTONE/Gaetan Bally)
L’administration préventive d’antibiotiques avant une opération joue un rôle important dans la réduction du risque. (image d'illustration)
KEYSTONE

Swissnoso a analysé les taux d’infection pour douze types d’intervention chirurgicale pour 2019-2020, soit un total de 51›000 patientes et patients de 165 hôpitaux et cliniques, précise mardi l’Association nationale pour le développement de la qualité dans les hôpitaux et les cliniques (ANQ). La surveillance a cependant été interrompue entre mars et mai 2020 en raison de la pandémie.

Les informations collectées confirment la diminution constante des infections pour les interventions suite à une appendicectomie, les cures de hernies, les anneaux gastriques, les interventions sur le côlon et la colonne vertébrale avec implant, les prothèses de hanche primaires et la chirurgie cardiaque.

Moins d'infections après césarienne

Par rapport à la période précédente (2018–19), on constate un taux d’infection significativement plus faible après césarienne. Cela suggère que la tendance à la hausse depuis 2011 pourrait se stabiliser au fil du temps.

Plus de la moitié des infections ont été relevées lors du suivi après l’hospitalisation. L’administration préventive d’antibiotiques avant une opération joue un rôle important dans la réduction du risque, poursuit l'ANQ, qui distingue là un potentiel d'amélioration.

Les infections ont des répercussions négatives sur les patients et conduisent à des réopérations dans plus de la moitié des cas. Il est donc primordial de prendre des mesures de prévention.

cc, ats