À cause du Covid

L'espérance de vie en Suisse est revenue au niveau de 2015

uc, ats

15.4.2021 - 11:24

La mortalité et l'espérance de vie en Suisse sont revenues au niveau de 2015 en raison de la pandémie de coronavirus. La mortalité a augmenté de 8,8% en 2020 par rapport à l'année précédente, selon une étude lausannoise.

uc, ats

15.4.2021 - 11:24

Eine Engelsfigur auf einem Grabstein auf dem Friedhof am Hoernli in Riehen am Montag, 24. Juli 2017. (KEYSTONE/Georgios Kefalas)
L’analyse par classe d’âge et par sexe montre que la surmortalité observée en 2020 en Suisse a davantage touché les hommes que les femmes, et presque exclusivement les personnes âgées. (image d'illustration)
KEYSTONE

Inhabituelle dans un contexte de diminution constante au cours des dernières décennies, cette hausse témoigne de la survenue d’un événement exceptionnel, en l’occurrence le Covid-19, a indiqué jeudi le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) à Lausanne.

Le niveau de mortalité observé en 2020 est similaire à ceux des années 2014-2015, selon cette étude qui est en phase de pré-publication. Les chercheurs ont tenu compte de l’augmentation continue de la population et de son vieillissement.

L’analyse par classe d’âge et par sexe montre que la surmortalité observée en 2020 en Suisse a davantage touché les hommes que les femmes, et presque exclusivement les personnes âgées, la surmortalité étant significative à partir de 70 ans chez les hommes et 75 ans chez les femmes. Au-dessous de ces âges, aucune surmortalité significative n’est constatée.

Perte d’espérance de vie de 7,5 mois

Le fait que les jeunes aient été épargnés par la pandémie a eu pour conséquence une diminution générale de l’espérance de vie limitée à 0,7% par rapport à 2019, soit une baisse de 7,5 mois (9,7 mois pour les hommes et 5,3 mois pour les femmes).

Cette diminution tranche certes avec l’augmentation annuelle de 2 mois observée au cours des dernières décennies. Mais elle n’est pas du même ordre que la perte d’espérance de vie d’environ dix ans attribuée à la grippe espagnole de 1918, à laquelle la pandémie actuelle est parfois comparée, note Unisanté.

Ici aussi, cette diminution correspond à un retour aux niveaux d’il y a environ cinq ans, soit une espérance de vie en 2020 qui demeure supérieure à 81 ans pour les hommes et à 85 ans pour les femmes.

uc, ats