Le syndrome du coeur brisé est en augmentation chez les femmes

Covermedia

21.10.2021 - 23:23

Le syndrome du coeur brisé est un affaiblissement temporaire du muscle cardiaque. Et selon une nouvelle étude, il serait en augmentation chez les femmes.

Le syndrome du coeur brisé est en augmentation chez les femmes

Covermedia

21.10.2021 - 23:23

Le syndrome du cœur brisé augmente chez les femmes. La maladie, aussi connue sous le nom de cardiomyopathie de Takotsubo, est un affaiblissement temporaire de la portion musculaire du cœur.Elle apparaît généralement après qu'un patient a fait l'expérience d'un stress physique ou émotionnel significatif, et peut mener à des séquelles à long-terme.

Des chercheurs américains ont noté une augmentation de ces cas, et ce depuis bien avant le début de la pandémie de coronavirus, les femmes d'âge moyen ou mûr étant diagnostiqué plus fréquemment.

Lien entre le cerveau et le cœur

« Même si la pandémie de Covid-19 a posé de nombreux défis aux femmes, notre recherche suggère que l'augmentation des diagnostics de Takotsubo avait débuté bien avant ce problème, explique l'autrice principale de l'étude, la docteure Susan Cheng. Cette étude valide donc le rôle vital joué par le lien entre le cerveau et le cœur sur la santé générale, surtout chez les femmes. »

"Il y a sûrement une ligne blanche"

Pour ce faire, les chercheurs ont analysé les données collectées sur plus de 135.000 hommes et femmes qui ont été diagnostiqués du syndrome de Takotsubo entre 2006 et 2017. La docteure Cheng et son équipe ont alors découvert que les diagnostics avaient augmenté entre six à dix fois plus rapidement pour les femmes âgées de 50 à 74 ans par rapport à toutes les autres démographies.

En outre, ils ont noté que ces découvertes indiquaient que le cerveau et le système nerveux répondaient à différents types de stress au fur et à mesure que les femmes vieillissent.

« Il y a sûrement une ligne blanche, juste au niveau du milieu de la vie, où une réponse excessive au stress peut avoir un impact sur le cœur. Les femmes sont plus affectées dans cette situation, et les risques semblent augmenter », ajoute-t-elle.

Les chercheurs aimeraient maintenant se pencher sur les effets à long-terme d'un diagnostic de Takotsubo, les marqueurs moléculaires de risque, et les facteurs qui pourraient contribuer à cette augmentation des cas.

L'étude a été publiée dans le Journal of the American Heart Association.

Covermedia